Le réveil de l'Afrique

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'histoire de l'Afrique se confond trop souvent avec celle de pays ravagés par la guerre ou l'épidémie de sida. Sans doute les chiffres ne résument t-ils pas à eux seuls la réalité du terrain, mais ils donnent le reflet d'une population jeune, en meilleure santé et un peu plus riche, l'image d'une Afrique de plus en plus attractive pour les investisseurs.

 "Ce numéro spécial édité pour
la première fois de son histoire par
Géo, résulte d ' une volonté éditoriale claire :
poser un regard optimiste sur l
' Afrique, en se gardant de tout fatalisme mais aussi de toute
naïveté excessive. Il s
' agissait donc de montrer aux lecteurs les évolutions
encourageantes du continent, tout en nuançant le propos,
explique Laure Dubesset Chatelain, rédactrice au magazine Géo. **

Plusieurs points sont encourageants, notamment sur le plan de la santé: la
durée de vie est en constante augmentation. L'Afrique, c'est le continent le plus jeune du monde, avec un âge médian
établi à vingt ans...alors que sur le vieux continent il est de quarante
ans.

L'épidémie de SIDA marque enfin le pas : si l'Afrique reste le continent le plus touché par l'épidémie de VIH (1,3
million de morts en 2009), le nombre de morts et de nouvelles contaminations
diminuent.

Le
continent affiche des taux de croissance supérieurs à la moyenne mondiale :
il table sur un taux de croissance de 5% cette année. Certains pays africains
ont même une croissance à faire pâlir d'envie des pays
occidentaux.

Le nombre d'investisseurs en Afrique, grossit (la France, les
Etats-Unis et le Royaume-Uni arrivent en tête)
mais les capitaux ne
se concentrent que sur certains pays ; l'an dernier, la France a investi
près de douze milliards de dollars sur le continent africain, presqu'autant que
les Etats-Unis qui restent  les plus gros
investisseurs.

Le
nombre de projets financés par les IDE (investissements directs de l'étranger)
augmente et l'opinion des investisseurs sur le continent s'améliore.

Le bilan est toutefois mitigé, à propos de l'émergence
des classes moyennes. Les classes moyennes africaines
progressent, mais à y regarder de plus près, ce sont les effectifs de ce que l'on appelle " les classes moyennes flottantes ", c'est-à-dire les habitants juste au-dessus du seuil de pauvreté, qui
font gonfler les chiffres.

   La liberté de la presse s'est améliorée dans quelques pays mais reste toute relative dans la
majorité des Etats africains.Sur le plan démocratie, de grands progrès restent à faire.

Vous êtes à nouveau en ligne