A l'ombre des gratte-ciel, le vieux Dubaï

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Iles artificielles, jardins suspendus, tours… Dubaï, la ville champignon qui s’étend sur le désert, était autrefois un bourg : il tirait sa richesse du commerce de poissons et de perles.

Construire l’avenir tout en préservant le passé

Derrière les gratte-ciels, la vieille ville témoigne d’une époque où le pétrole n’avait pas encore bouleversé la vie de ses habitants. La crique de la cité portuaire est bordée par ses deux plus anciens quartiers, BUR DUBAï et DEIRA.

(La crique portuaire est bordée par deux quartiers anciens: Bur Dubaï et Deira.© Géo Stéphane Lagoutte.)

Dans le magazine Géo,  Feurat ALANI nous emmène dans ces quartiers qui rappellent l’origine bédouine des fondateurs de Dubaï. Aux Dubaïotes, ces descendants de bédouins sédentarisés se sont joints des Indiens, des Philippins puis d'autres communautés sont venues s'ajouter : aujourd'hui, elles sont au moins 200 à travailler à Dubaï, la ville comptant presque deux millions et demi (2,4 millions) d'habitants.

(Le soir, dans la zone résidentielle de Jumeirah, les riches émiratis renouent avec le mode de vie ancestral. © Géo Feurat Alani)

Les émiratis, même s’ils roulent en 4X4 de luxe, sont attachés à leurs origines et des musées fleurissent pour rappeler ce passé. A côté de cela, à Deira, sera inauguré d'ici trois ans, "le Musée de l'Avenir" consacré aux innovations technologiques. D'autres tours gigantesques sont en construction, dans la perspective de l'exposition universelle que la ville accueillera en 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne