VIDEO. World Press Photo 2017 : l'histoire derrière la photo de l'année

Le plus prestigieux concours de photojournalisme au monde, a rendu son verdict.

Un homme se tient debout, un bras tendu, pointant le ciel du doigt, un pistolet dans l'autre main. Son visage dur, bouche ouverte, crie sa colère. A ses pieds, gît le cadavre d'un autre homme. La photo de l'assassinat de l'ambassadeur de Russie en Turquie a remporté le premier prix du plus prestigieux concours de photojournalisme au monde, le World Press Photo, lundi 13 février.

Les juges ont salué le courage du photojournaliste turc de l'agence Associated Press, Burhan Ozbilici. Le photographe a pris une série de photos, le 19 décembre 2016, alors que Mevlüt Mert Altintas, un policier turc âgé de 22 ans qui n'était pas de service, venait de tirer neuf balles sur l'ambassadeur russe à Ankara, Andreï Karlov, en pleine inauguration d'une exposition dans une galerie de la capitale turque. Le policier avait ensuite été lui-même abattu, après avoir lancé "Allahou akbar" et affirmé avoir agi pour venger les victimes du siège imposé par le régime syrien et son allié russe à la ville d'Alep, en Syrie.

"Une image explosive de la haine de notre époque"

Vue 18 millions de fois dans les heures qui ont suivi l'assassinat, reprise en une de nombreux médias, cette image "a marqué un moment important dans l'histoire de la Turquie", a expliqué son auteur. Et Burhan Ozbilici de conclure : "Je devais faire mon travail. En tant que journaliste, je ne pouvais pas partir pour sauver ma peau".

"C'était une décision très, très difficile", a commenté Mary F. Calvert, membre du jury, citée dans un communiqué, "mais à la fin, nous avions le sentiment que l'image de l'année était une image explosive qui témoignait vraiment de la haine de notre époque."

Vous êtes à nouveau en ligne