Une planète à part

Il y a à coup sûr du bonheur dans ce monde là. En tout cas de l’espoir. Le frisson est garanti, pas seulement les dernières secondes avant le poteau, mais dans les heures qui précèdent.

C’est une planète à part. Il y a bien sûr le luxe déployé le jour d’un Prix de Diane ou d’Amérique. Et voilà celle qui s’appelle « Myrtille » elle marche à grands pas, un large chapeau, une étole déployée dans le vent et un sac particulièrement étonnant. En fait un hommage à la bande dessinée puisqu’il s’agit de la reproduction tout simplement de Milou .

Beaucoup plus discret un turfiste s’approche d’une borne de PMU dans un bistrot. Il garde le casque de motard sur la tête parce que nous explique- t’on « c’est un flic qui ne veut pas être reconnu ».

Voilà bien comme l’explique Polka « le tourbillon infernal ou valsent riches et pauvres ».

Sauf que quelques minutes avant le verdict tout le monde finalement a les mêmes chances de gagner ou de perdre. Et dans ce monde là pas question d’écarter les seniors. On en découvre quelques uns très attentifs. Les vieux nous dit on, jouent en communauté, comme les chinois. Là on est loin du champ de courses c’est la télé qui fait écran.

Mais, au cœur de l’action, tout près finalement des chevaux, les regards racontent tout : la stupeur, l’étonnement et par-dessus tout la fièvre.

Rien à voir avec la sérénité d’un salon VIP le jour d’un grand prix. Les propriétaires sont tout à fait à l’aise dans leurs grands fauteuils. Et voilà peut être le seul endroit de France où l’on porte encore le chapeau melon.

Lui ne porte aucun couvre chef. Nous sommes dans un bar d’Angers. Un joueur soulève la page de son quotidien favori. Son visage est caché mais on l’imagine facilement en train de lire la plupart des résultats. Dans la main, un ticket.

« Dans la peau d’un joueur » nous montre tout. Et, cadeau supplémentaire, un joli texte signé Homéric .

Polka, le Magazine du Photojournalisme.

www.polkamagazine.com

Vous êtes à nouveau en ligne