Les marcheurs de la foi

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cela n'apparaît pas dans son CV... mais après tout, on peut s'interroger. Comme des millions d'autres fidèles depuis le Moyen-Age, le nouveau Pape François un jour a peut être, lui aussi marché vers Compostelle, entre la France et l'Espagne.

Marcher,
pour vivre sa foi
... Celles et ceux qui prennent la parole dans ce numéro spécial
le disent tous : après une telle aventure on est forcément différent.

Le mot
aventure peut d'ailleurs surprendre. Au fond tout semble tellement balisé sur
ces chemins et au bout, pas de surprise : une seule destination, comme une
obsession, Saint-Jacques-de-Compostelle . Et pourtant
le mystère est bien au rendez-vous : sur ces routes du**** Sud chacun vit sa
propre expérience. Cela dépend de sa propre envie, mais aussi des saisons.

Le
photographe Fabien Collini
nous offre des moments impressionnants  : des châtaigniers
centenaires, des bornes en pleine nature et cette flèche jaune qui, côté
espagnol, indique la bonne direction. Entre eux les
marcheurs se reconnaissent facilement : beaucoup, par exemple arborent un bourdon c'est le bâton, qui très vite devient le complice du pèlerin parce qu'il aide
vraiment à trouver son rythme sans trop gaspiller ses forces.

Le pèlerin
c'est le Jacquet , celui qui donc va à Saint-Jacques. Aujourd'hui
la moitié d'entre eux sont espagnols très loin derrière les allemands, les
italiens, et les portugais... très, très loin, les français. Monique et
Bernard par exemple. Elle est prof, lui ingénieur. Ils le disent, très
simplement et directement : "plusieurs fois nous avons senti la
présence de Dieu
" .

L'écrivain
Bernard Ollivier insiste, lui, surtout sur le bonheur physique
, "la
marche,
insiste-t-il, c'est une thérapie, alors que la vie moderne nous impose d'être
assis pratiquement en permanence, sur notre canapé, au volant de notre voiture
ou dans les transports"
. Et puis l'essentiel,
le point commun : dans tous ces regards on sent comme une fierté... pour
tous c'était un rêve et ils l'ont réalisé.**** Benoît et
Rachel, eux, avaient décidé l'été dernier d'emmener leurs enfants, un tandem et
une remorque pour les petits, 1.000 kilomètres au départ de Lourdes. Et finalement
c'est un vrai pèlerinage qu'ils ont vécu.

Marcher
vers l'essentiel
, c'est le titre de ce hors-série que nous propose le
magazine La Vie

Vous êtes à nouveau en ligne