Le jour où Tony Allen et Jeff Mills ont décidé de faire un disque

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans "Petite Histoire de Festivals", Yann Bertrand vous raconte les anecdotes, les moments forts de ces petits et grands événements qui n'auront pas lieu cet été ou en tout cas, pas dans leur forme initiale… Aujourd'hui, l'histoire d'une rencontre entre deux immenses musiciens, Jeff Mills et le regretté Tony Allen.

Normalement, aujourd'hui devait être le grand jour, l'ouverture, pour les Escales de Saint-Nazaire. Un festival où une ville du monde est à l’honneur chaque année. "En juillet 2017, c'était une édition qui concernait la scène de Detroit, indique Jérôme Gaboriau, chargé de la programmation des Escales. J'avais des vues sur Jeff Mills, mais jamais je n'aurais pensé inviter Tony Allen sur un tel concept."

Quelques mois avant, Jérôme Gaboriau était à Paris, au New Morning, pour assister à la rencontre entre deux précurseurs : Jeff Mills, grand nom de la techno de Detroit, et Tony Allen, batteur nigérian à l’origine de l’afrobeat au côté de Fela Kuti. "Je leur ai demandé s'ils avaient envie de prolonger cette histoire. Ils se regardent et disent : 'On a tellement pris notre pied que oui !'", raconte-t-il.

D'un concert à un album

Avant le festival, les deux artistes se retrouvent en résidence à Saint-Nazaire. Le soir du concert, le vendredi 28 juillet 2017, sur la grande scène du port, ils sont prêts : les boucles électroniques et la batterie organique se marient à merveille. L’histoire retiendra finalement cette soirée.

"Ils étaient partis dans l'idée d'un one-shot et de bien voir ce que l'avenir dira, se souvient l'organisateur. Et il y a eu une rencontre artistique entre eux, ils l'avaient peut-être déjà en tête. Mais en tout cas, en sortant de scène, comme ça, à chaud, ils avaient tellement bien vécu leur concert que ça a été le déclencheur de cette poursuite."

Ça les a rendus très productifs, en très peu de temps, et ils ont tout de suite enregistré ces morceaux-là, pour ensuite les rebosser et en faire quelque chose qui reste, un album.

Jérôme Gaboriau

à franceinfo

Histoire d’une rencontre entre deux grands noms mais pas seulement, histoire d’une création et dernière venue aux Escales d’un monstre sacré. Tony Allen s’est éteint le 30 avril dernier. "Il ne faisait pas de la musique d'avant, il se renouvelait. Un homme qui vraiment acceptait d'aller s'enrichir auprès des autres."

Les Escales de Saint-Nazaire devaient célébrer le Nigeria cette année, avec une carte blanche à Tony Allen. Un homme qui aura marqué l’histoire d’un festival qui, comme Saint-Nazaire, place le voyage et l’horizon au-dessus de tout le reste. Et si le festival est annulé, les organisateurs ont voulu quand même accueillir des artistes cet été, avec "Club Panorama", six concerts sur la toit de la base sous-marine jusqu'au 26 juillet.

Vous êtes à nouveau en ligne