Le jour où Francis le sanglier a disparu

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans "Petite Histoire de Festivals", Yann Bertrand vous raconte les anecdotes, les moments forts de ces petits et grands événements qui n'auront pas lieu cet été ou en tout cas, pas dans leur forme initiale… Jeudi, retour sur une histoire loufoque de sanglier, fidèle à l'esprit d'un festival qui tient à ses racines.

Francis ne pouvait pas rater cette dixième édition du Cabaret Vert. Francis, c’est la mascotte de ce festival vraiment à part, à Charleville-Mézières. Une peluche customisée chaque année, le poil dressé en crête, teinte en vert. Ce samedi 23 août 2014, son propriétaire de toujours l’emmène sur la grande scène, alors que Shaka Ponk est en train d’enflammer la foule.

Justine Dromzee, une des responsables historiques du festival, a tout vu. "Il a laissé Francis sur l'instrument du pianiste de Shaka Ponk, qui a cru que c'était juste une peluche lambda. Et à la fin du concert, il l'a lancé dans la foule." La stupeur est totale… "Ce n'est qu'une peluche, on est bien d'accord. Mais c'est la peluche des débuts", raconte l'organisatrice.

Depuis que Francis existe c'est lui notre emblème. Il a fait partie de la com', il était sur les affiches, il a tout vu et tout fait... Et ce soir-là, il a vraiment disparu.

Justine Dromzee

à franceinfo

Alors les équipes du festival lancent une traque, postant notamment une annonce sur les réseaux sociaux. "Francis a été jeté par Shaka Ponk à 22h58 : au secours, aidez-nous à le retrouver !" Où est Francis ? Le sanglier perdu, les coeurs sont lourds le dimanche matin au Cabaret Vert. Jusqu’à l’arrivée d’un festivalier, un local et fidèle, c’est sur lui que Francis est tombé quand la peluche a slammé sur la foule, la veille "et il l'a gardé bien précieusement. Le lendemain, il est arrivé au pôle accueil en disant : Je crois que j'ai quelque chose qui vous appartient.'"

Le festivalier gagne un pass pour le festival et tout le monde respire. Francis le sanglier, ce n’est pas rien au Cabaret Vert. "C'est un peu notre totem et j'aime bien me balader avec pendant le festival. Les gens le reconnaissent, me demandent si c'est le vrai, ils n'osent même pas y toucher, explique Justine Dromzee avec un sourire. C'est vrai que la peluche a quand même quinze ans et commence un peu à faire la tête, mais elle est toujours là et ce sera Francis jusqu'au bout !" Francis, mascotte d’un festival écolo, solidaire, très attaché à sa région devenu un incontournable de la fin d’été accueillant plus de 100 000 festivaliers fidèles parmi les fidèles.

Vous êtes à nouveau en ligne