Le jour où ce n’était pas le bon chanteur

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans "Petite Histoire de Festivals", Yann Bertrand vous raconte les anecdotes, les moments forts de ces petits et grands événements qui n'auront pas lieu cet été ou en tout cas, pas dans leur forme initiale… Dans le rétroviseur, vendredi, un concert de Placebo qui aurait pu très mal commencer.

C’est la grosse tête d’affiche de cette soirée. Placebo à Papillons de Nuit, ce n’est pas rien pour ce petit festival normand devenu très grand. Tout se passe bien ce samedi 23 mai 2015, le groupe est arrivé, il se repose dans les loges avant le concert. Et comme c’est souvent le cas, le chanteur, le charismatique Brian Molko, demande à être escorté jusqu’à la scène, histoire de ne pas se perdre.

Trois bénévoles de la sécurité arrivent donc. "Les loges sont situées juste derrière la scène, à 200 mètres à peu près, détaille Pierre-Olivier Madelaine, chargé de la production, notamment, à Papillons de Nuit. Ils ont récupéré le chanteur environ 10 minutes avant le concert, et sont sortis des loges. Puis ils ont traversé nos bénévoles, nos techniciens, et toutes les personnes qui travaillent sur le festival."

Les bénévoles et le chanteur arrivent près de la scène, commencent à monter les escaliers… Tous les techniciens étaient morts de rire.

Pierre-Olivier Madelaine

à franceinfo

Et pour cause : "On leur a gentiment expliqué que ce n'était pas Brian Molko mais le chanteur de Triggerfinger qui était avec eux. Dans ces trois bénévoles, il y en avait un qui s'occupe de la programmation du festival, se rappelle avec un sourire l'organisateur. Donc on l'a bien chambré et on continue depuis. D'autant plus que Brian Molko a un physique assez reconnaissable."

Pendant ce temps, le leader de Placebo attend sagement dans sa loge, il s’impatiente peut-être un peu. Il est vrai que Ruben Block, le chanteur du groupe belge Triggerfinger, n’a que très peu de ressemblance physique avec l’Américain. Pour Papillons de Nuit, l’histoire se finit bien, Brian Molko sera finalement escorté sur scène.

Mais dans le doute : "On prend soin, depuis, d'imprimer toutes les photos des artistes et de les placarder un peu partout, dans les loges, sur scènes et en backstage." Il faut quand même dire que Brian Molko est réputé pour ses tendances capricieuses dans les loges des festivals. Mais en l’occurrence, cette fois-ci, il n’y était pour rien, et Placebo a retourné la foule, comme prévu.

Vous êtes à nouveau en ligne