Le jour où Arcade Fire a bravé le déluge

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans "Petite Histoire de Festivals", Yann Bertrand vous raconte les anecdotes, les moments forts de ces petits et grands événements qui n'auront pas lieu cet été ou en tout cas, pas dans leur forme initiale… Aujourd'hui, dans le rétroviseur, une "histoire d'after" avec les Canadiens d'Arcade Fire.

Argelès-sur-Mer, une bande de côte catalane arrosée de soleil. À l’affiche de l'édition 2011 des encore jeunes Déferlantes, quelques gros morceaux : ZZ Top, Joe Cocker… et des mastodontes en devenir, les Canadiens d’Arcade Fire.

David Garcia, le fondateur du festival qui aurait dû ouvrir ses portes aujourd'hui, se rappelle encore avec étonnement la venue du groupe : "À cette époque c'était les petits protégés de David Bowie. Ils sont mondialement connus et tout le monde les veut. Se dire qu'ils veulent faire notre festival, c'est assez dingue, surtout que c'est une demande de leur part !"

Problème : ce mardi 12 juillet 2011, troisième jour de festival, le ciel est très menaçant. "On est entre mer et montagne, il n'y a aucun point météo qui soit vraiment valable, en dix minutes tout peut changer, commente l'organisateur. On laisse entrer le public, on joue, il fait beau. Puis ça commence à se couvrir et en plein milieu du show la pluie et le vent se font ressentir."

Plus l'averse grossissait, plus le groupe entrait dans une espèce de transe

David Garcia

à franceinfo

Sur scène, les huit Canadiens ne comptent pas s’arrêter de jouer… Dans le public, le directeur est liquide et la pluie battante n’y est pour rien. Finalement, le concert se termine tant bien que mal : c’est bon, ils ne remonteront pas. "On voyait presque des étincelles. Avec toute l'eau qu'il y avait sur la scène, on s'imagine tous les drames qui pourraient arriver, se rappelle-t-il. Et puis j'entend crier à l'entrée..."

Il voulait faire un rappel mais j'ai dû leur interdire

David Garcia

à franceinfo

Premier groupe de cette envergure, et déjà un drame : "Forcément, je m'inquiète je me demande 'qu'est-ce qu'il se passe ?', se remémore avec angoisse David Garcia. En fait le groupe était parti à l'entrée, puisque je lui avais interdit de monter sur scène. Ils sont allés faire le dernier morceau de rappel à capela." Un moment de communion intense, en acoustique, porté par les hurlements du public. David Garcia n’en revient toujours pas… "Que le public reste jusqu'à la fin alors que les gens venaient de loin, parce que c'était l'une des seules dates d'Arcade Fire en France."

Les Déferlantes d’Argelès-sur-Mer ont gagné en crédibilité cette année-là. Désormais, plus de 70 000 personnes se pressent chaque été au pied du château de Valmy et la météo y est en général plus que clémente. Le festival aura bien lieu cet été, du 28 au 30 août, en version "XS".

Vous êtes à nouveau en ligne