Un coursier à vélo veut se voir reconnaître le statut de salarié

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le verdict était très attendu. Le Conseil des Prud'hommes de Paris devait se prononcer sur le cas d'un coursier à vélo qui contestait son statut d'auto-entrepreneur et qui demandait à être reconnu comme salarié. Ils sont plusieurs centaines dans son cas. Et le jugement a été renvoyé devant un juge départiteur. Verdict dans 12 mois environ.

Il s'appelle Jérôme Pimot. C'est l'un de ces 500 "runneurs" qui sillonnent chaque jour les rues de la capitale – on en trouve dans d'autres grandes villes en France – pour livrer des repas à domicile. Lui travaillait pour Tok Tok Tok, mais il est passé aussi chez Take Eat Easy et chez Foodora. Quatre ans qu'il livrait à vélo pour des employeurs qui ne font travailler que des auto-entrepreneurs, reprenant en cela le modèle d'Uber. Jérôme Pimot demandait une requalification du contrat qu'il a signé en contrat de travail.  Son cas sera réexaminé par un "juge départiteur", en l'absence d'accord des conseillers prud'hommaux. Verdict dans douze mois au moins.

La réaction de Jérôme Pimot.

Vous êtes à nouveau en ligne