On s'y emploie. Services à la personne : 300.000 postes créés dans les dix ans à venir

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

1,4 million de salariés. Plus de 60.000 postes à pourvoir cette année. Le secteur des services à la personnes connaît une très forte expansion. Et ses métiers se transforment. 

Alain Bosetti organise le 13e Salon des services à la personne et de l'emploi à domicile, qui se tient mardi 26 et mercredi 27 novembre au Palais des Congrès de la porte de Versailles, à Paris.

franceinfo : Que pèse ce secteur dans l'économie française ?

Alain Bosetti : Il pèse 1,5 point du produit intérieur brut et quasiment 5% des actifs, mais c'est un secteur invisible parce qu'il n'y a pas de grandes tours ou de grandes usines, et que ces 1,4 million de salariés se rendent, individuellement, au domicile d'autres particuliers.

Comment vont évoluer ces emplois dans les années à venir ?

Il va y avoir 300.000 emplois créés dans les 10 à 15 ans qui viennent. Ils vont évoluer vers des métiers avec plus de qualification, avec une meilleure qualité de vie au travail, une meilleure sécurité.

De quels métiers s'agit-il ?

Trois grands métiers à la base de la pyramide, la petite enfance, l'aide ménagère et les auxiliaires de vie, mais à côté de ça, il y a 26 métiers différents, et puis il y a de la coordination, du contrôle qualité, la conception et l'intégration de ces nouveaux services au quotidien.

Il y a suffisamment de candidats ?

Non, ce sont des métiers en tension. 80% des 64.000 postes ouverts sont en difficulté de recrutement.

Des métiers difficiles, très touchés par les troubles musculo-squelettiques

Oui, c'est pour ça que dans les conventions collectives et les formations pour les salariés, les employeurs s'efforcent de donner une meilleure qualité de vie au travail.

Ce sont des métiers sont concernés par le passage au numérique. En quoi, selon vous ?

Concrètement, l'intervenant arrive à domicile, il a un smartphone, il va flasher un QR code pour dire qu'il est arrivé sur un espace internet, voir les missions qui lui sont confiées, se coordonner avec d'autres personnes, notamment dans le médico-social, faire une photo de ce qu'il a fait, et l'envoyer à son employeur. Donc tout le monde sait exactement ce qu'il s'est passé et l'intervenant peut se concentrer sur ses tâches.

Cela ne risque-t-il pas d'en dissuader certains ?

Je pense qu'au contraire cela donne de la valeur au métier et que ça peut en attirer d'autres.

Vous êtes à nouveau en ligne