On s'y emploie. Les expressions à bannir au bureau

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"À date", "je reviens vers toi", "je travaille sur Paris", "y a pas de sujet"... La vie de bureau regorge d'expressions toutes faites, souvent incorrectes et hypocrites.

Quentin Périnel est journaliste au Figaro, spécialiste de "bureaulogie", notre vie quotidienne au bureau. Il vient de publier Les 100 expressions à éviter... au bureau et ailleurs, aux éditions Le Figaro.

Quelle est l'expression qui vous hérisse le plus, et pourquoi ?

Quentin Périnel : C'est "au jour d'aujourd'hui", j'ai reçu des dizaines de mails de lecteurs me demandant de tordre le coup à cette expression absurde !

"Je reviens vers toi", on n'entend plus que ça

Quentin Périnel : Il y a la notion de mouvement, on est censé bouger, or, la personne qui dit ça par mail, a priori, n'est jamais revenue pour de vrai. Il suffit de dire "je te réponds plus tard".

Assez nouveau, "il n'y a pas de sujet"

Quentin Périnel : C'est qu'en réalité, c'est un sujet qui fâche et qu'on ne veut surtout pas communiquer sur ce sujet.

Et le désormais incontournable "et ses équipes"

Quentin Périnel : C'est pour remercier une masse de personnes. En revanche quand on parle d'une équipe de cinq personnes, pourquoi ne pas les nommer. La reconnaissance manque cruellement au travail.

Vous êtes à nouveau en ligne