On s'y emploie. Le succès des visites d'entreprises

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pendant les vacances, pourquoi ne pas programmer... une visite d'entreprise. La formule a la cote et un Guide du routard, dont une réédition vient tout juste de sortir, est même consacré à ce genre. 

La visite d'entreprise a le vent en poupe. Le Guide du routard vient de rééditer le livre consacré à cette activité avec 450 entreprises recensées. Cécile Pierre est déléguée générale d'Entreprise et découverte, l'association qui a alimenté ce nouveau Guide du routard.

franceinfo : En matière de visites d'entreprises, on pense plutôt à l'agro-alimentaire, aux fromageries, aux fabriques de bonbons ou de faïences, mais il n'y a pas que ça ?

Cécile Pierre : c'est une spécificité française, nulle part dans le monde on trouve un tel nombre d'entreprises à visiter et une telle diversité. En plus de l'agro-alimentaire, on a l'industrie lourde, avec par exemple Renault, Toyota, Airbus, et aussi la cosmétique et la mode, 1083 ou Sotis...

Et il y a tout ce qui se déguste !

Oui avec les vins et spiritueux c'est 70% de nos entreprises. C'est par exemple les bonbons et les confiseries, Julien, ou les confiseries du Roy René à Aix-en-Provence.

Certaines entreprises proposent des visites très professionnelles, comme les meilleurs musées

Comme l'entreprise Bohin, la dernière fabrique d'épingles en France, où on sillonne toute la production, c'est parfaitement intégré à l'entreprise, on échange avec les salariés. Et d'autres entreprises qui se créent et qui ont intégré la visite d'entreprise, comme les jeans 1083. 

Ce sont des visites adaptées pour les enfants et les ados ?

Les musées ont du mal à les capter alors que la visite d'entreprise n'a aucun mal. On est dans un univers vivant, pas un univers de collection, il se passe toujours quelque chose, on voit les salariés au travail, on voit les produits. Les ados sont très intéressés de voir les métiers tels qu'ils sont.

On rencontre vraiment les gens qui fabriquent ?

On prône le guidage à travers les salariés, pas par des guides extérieurs.

Cela reste du business, on est invité à acheter...

Bien sûr, plus de 90% de nos entreprises ont une boutique, qui fonctionne d'ailleurs très bien. Il y a bien sûr un enjeu de communication et un enjeu de vente.

Vous êtes à nouveau en ligne