On s'y emploie. L'entretien annuel d'évaluation remis en question

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Comme chaque année, elle revient un peu avant la trève des confiseurs : la saison des entretiens annuels d'évaluation bat son plein.

Philippe Burger, associé au cabinet Deloitte, a beaucoup étudié les attentes des salariés, des entreprises vis à vis des entretiens annuels d'évaluation, et aussi les nouvelles méthodes d'évaluation...

Quand l'entretien annuel d'évaluation est-il arrivé dans les entreprises françaises ? 

C'est une méthode managériale qui a été beaucoup développée ces 20-30 dernières années, mais tout le monde est d'accord pour dire aujourd'hui que ça ne fonctionne plus.

Le RH disent que ça prend beaucoup de temps à préparer, les managers disent que c'est une perte de temps, les collaborateurs le fuient activement. Tout le monde est d'accord, il faut le repenser.

Il est d'autant moins adapté dans les entreprises plus digitales ?

C'est lié au digital et aux attentes de générations. Le digital nous transforme, nous donne une appétence pour l'immédiateté, le retour rapide, du feedback dans les deux sens.

Par quoi remplace-t-on cet entretien ?

On va vers du retour en continu. C'est aussi autour de projets et de missions. Ca répond aux attentes des millenials, qui veulent pouvoir donner du feedback à leurs managers. 

Vous êtes à nouveau en ligne