On s'y emploie. Comment la transformation numérique des entreprises affecte les salariés

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La transformation numérique en cours dans les entreprises va-t-elle laisser des salariés sur le bord de la route ? Comment s'y préparer, se former ? Un think tank vient de se pencher sur ces questions.

Thierry Jadot est président du groupe de communication Dentsu Aegis Network France, et président et du think tank Culture numérique qui vient de publier un rapport, Les angles mort de l'inclusion numérique. Dans ce rapport Thierry Jadot rappelle que 13 millions de Français utilisent peu internet, 6,7 millions ne s'y connectent jamais.

franceinfo : Ces laissés pour compte du numérique, on les trouve aussi dans les entreprises ?

Thierry Jadot : toutes les organisations sont concernées par l'exclusion numérique. Il y a un sujet de maîtrise technologique et un sujet d'usage. Il y a peu de problèmes de maîtrise mais un vrai problème d'usage, et c'est là qu'on retrouve les principaux exclus du numérique. 

Maîtriser l'usage c'est se mouvoir dans un espace complexe, gagner en autonomie et pouvoir s'adapter aux changements des métiers, aux nouveaux métiers. Tout l'enjeu, c'est comment on accompagne dans l'entreprise et en dehors ces exclus. Les jeunes, par exemple, sont très à l'aise avec un smartphone, mais envoyer un mail avec une pièce jointe, c'est autre chose.

C'est une question générationnelle ?

Les personnes de 75 ans ont certes un problème d'accès au numérique et d'usage. Les jeunes, c'est plus subtil, ils n'ont pas un problème d'accès ou de maîtrise, en revanche est-ce qu'ils maîtrisent les usages des outils qu'on utilise dans l'entreprise, savent-ils se connecter au marché du travail ?

Tous les métiers sont touchés par la révolution numérique ?

Une étude dit que 30% des taches de 60% des métiers seront automatisés dans l'avenir, donc il n'y a pas de métier qui échappera à la transformation numérique.  Mais il faut tuer le moteur de l'angoisse. Quand on regarde les pays qui ont le taux de chômage le plus faible, ce sont aussi ceux qui ont le plus robotisé leur industrie, qui sont le plus numérisés.

Vous êtes à nouveau en ligne