Les viticulteurs ont du mal à trouver des vendangeurs

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est la pleine saison des vendanges : 300.000 personnes devraient y participer. Qui sont les vendangeurs ? Les étudiants sont-ils toujours le gros de la troupe ? La main d'oeuvre étrangère prend-elle de l'importance ? Les chômeurs, faute de trouver un emploi, se rabattent-ils sur les vendanges ?

Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, la crise économique ne semble pas avoir précipité des bataillons de chômeurs en mal de CDI dans les vignes. Les viticulteurs que j'ai contactés disent même avoir parfois du mal à recruter. A Bennwihr, dans le Haut-Rhin, par exemple, l'un d'entre eux m'expliquait que sa main d'oeuvre vieillissait. Jean-Philippe Fosty compte même un salarié de 80 ans qui tient vaillamment son poste. Il a aussi des fonctionnaires et des salariés du privé qui prennent des jours pour participer à la récolte du raisins. Mais c'est de plus en plus difficile d'attirer de la main d'oeuvre.

 L'Anefa, l'association nationale pour l'emploi et la formation en agriculture est cet organisme qui centralise sur son site les offres d'emploi dans l'agriculture, et notamment tout ce qui concerne les emplois saisonniers, les cueillettes et les vendanges. Pour tout ceux que ça intéresse de faire les vendanges, il faut se rendre sur anefa.org .