L'ouverture des magasins le dimanche fait un flop

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La Fnac n'ouvrira donc pas le dimanche. La CGT a décidé d'exercer son droit de veto. L'occasion de faire le point sur l'ouverture des magasins le dimanche, quatre mois après l'entrée en vigueur de ce volet de la loi Macron.

C'est le 24 septembre que paraissait le décret fixant les zones touristiques internationales dans lesquelles les magasins ont désormais l'autorisation d'ouvrir le dimanche et tous les soirs jusqu'à minuit. Les zones concernent Paris, mais aussi Deauville, Cannes et Nice. Le texte prévoit aussi que les commerces pourront ouvrir jusqu'à douze dimanches par an, si le maire en décide ainsi, en dehors de ces zones touristiques.

Le décret n'est pas suffisant

Il prévoit que l'ouverture des magasins le dimanche, s'il y a plus de onze salariés, est soumis à une négociation avec les syndicats pour fixer les compensations salariales. Pas d'accord social, pas d'ouverture dominicale, c'est la règle.

Dans certains grands magasins, cette négociation a fait flop, comme au BHV à Paris. Ailleurs, comme dans la branche des grands magasins, la situation semble bloquée.

C'est pour cette raison que ce qui se passe à la Fnac est regardé de très près. Et on le sait désormais, selon l'AFP la CGT, qui représente à elle seule plus de 50% des votes aux élections internes, va utiliser son droit de veto contre cet accord, pourtant validé par trois autres syndicats.

Les explications de Claude Boulle, président de l'Union du Grand Commerce de Centre-Ville.