CDO, celui que toutes les entreprises s'arrachent

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, et Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat chargée du Numérique, réunissent aujourd'hui à Bercy plusieurs centaines de chefs d’entreprise. Avec une préoccupation : comment faire face à la transformation numérique de l’économie ? L’une des réponses des entreprises : recruter un directeur du numérique, un "chief digital officer".

Le "chief digital officier" (CDO) sert à éviter de se faire emporter par la tornade numérique. A ne pas se faire "uberiser" , c’est-à-dire à ne pas se faire vampiriser son activité par une start up un peu maline. Comme les hôtels sont bousculés par Airbnb , les taxis par Uber ou les loueurs de voitures par Blabacar . Le CDO est chargé de propulser l’entreprise dans la stratosphère numérique, de lui faire passer un cap.

Un directeur du numérique qui vaut de l’or aujourd’hui sur le marché du travail. Son salaire peut grimper jusqu’à 200.000 euros annuels…

Les explications de Martin Villelongue, du cabinet de recrutement Michael Page, auteur d’une étude sur les "15 métiers clés du digital".