"Tu es beau, je t'aime et tu as des Adidas" : quand les enfants déclarent leur flamme à leur manière

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Avec pour seuls rendez-vous les conférences de presse de Jean Castex, les visites aux centres de vaccination et les interviews surprises d'Emmanuel Macron, les Français ont besoin d'amour, et ça n'a pas échappé à Olivia Leray.

J'ai décidé de prendre un peu d'avance sur la Saint-Valentin (qui est dans dix jours, si jamais vous l'aviez oublié), et je vous parle du livre "Tu n'es pas belle, tu es pire". Une oeuvre pour nous rappeller ce qu'est l'amour.

Ce livre, c'est une boîte à souvenirs. La journaliste Morgane Pellennec a recueilli sur Facebook, Twitter, et dans son entourage, des lettres d'amour. Ces petits billets doux que l'on se fait passer en douce de main en main a l'école. En deux ans, elle en a récolté une centaine.

"Mon coeur bat comme quand on a une dictée et que j'ai oublié de réviser" 

Il y a par exemple cette déclaration de Rube, 9 ans, pour Maëlie : "Quand je te vois, mon coeur bat plus que jamais, comme quand on a une dictée et que j'ai oublié de réviser... ou comme quand il y a hamburger-frites à la cantine."

La métaphore de la cantine et très développée chez les bambins puisqu'un autre petit garçon dit à Margaux qu'elle a "les yeux en bijoux et un menton à manger comme un cordon bleu !" Très flatteur, et définitivement à tester pour les adultes.

Si vous n'êtes pas trop gastronomie, mais que votre truc c'est plus la mode et les habits, une fillette confie à Ylan : "Je t'aime, on se marie. Je vais acheter des chaussures. Mais quand je serai grande. Tu es beau et je t'aime. Et des Adidas." 

Plus classique, mais toujours aussi efficace, il y a le traditionnel "veux-tu sortir avec moi ? Coche la bonne case." Technique indémodable, que l'on a tous utilisée ou presque. En revanche, je ne suis pas sûre que l'on a déjà été aussi direct que le petit Hugues pour répondre : "Je te trouve super sympa mais je ne t'aime pas", avant d'enchaîner sans transition : "Je suis parti en camp de ski avec David et Gautier, c'était cool."

Et si finalement c'était ça l'amour : être sincère ? On va en prendre de la graine !

Vous êtes à nouveau en ligne