On ne pouvait pas le rater. Le 27 décembre, c'est nul

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Il y a un jour qui ne devrait pas exister; situé entre les deux réveillons de fin d'année: C'est le 27 décembre. Olivia Leray donne les raisons de le rayer du calendrier.

C'est un jour qui ne sert à rien. On peut même plus dire Noël c'était hier, le jour de l'An, ce n'est pas vraiment demain. Le 27 décembre, c'est l'entre-deux, c'est le cul entre deux chaises, c'est le grand écart quand tu ne sais pas le faire. Et j'ai des preuves. Déjà parce que le 27 décembre, quand tu en es à ton cinquième repas de famille recomposée, tu ne peux plus rien manger. Ton grand-père avait fait un effort, il avait suivi la recette à la lettre, il va te faire la tête : "Chez mamie t'as mangé hein. Là, tu ne fais pas d'effort". Ben non, tu ne peux plus rien avaler. Tu as trop mangé, tu es au plus mal et dans quatre jours Jackie a prévu une raclette du Nouvel An. En plus il y a les restes dans le frigo. Tu peux encore moins boire. 

Le 27 décembre, c'est du stress

Tu as accepté la soirée raclette Nouvel An de Jackie. Tu n'as plus du tout envie d'y aller. C'est du stress parce que si ce week-end, tu ne peux ni manger ni boire, qu'est-ce que tu fais ? Il y a bien les magasins mais mais on n'a plus un rond. Le 27 décembre c'est nul parce que quand tu es tout seul et que tout le monde ne parle que de famille depuis des jours, tu es toujours tout seul. C'est nul parce tout le monde parle de poudreuse et de "conditions optimales pour skier". Le problème c'est que toi, tu ne sais pas skier. C'est nul quand c'est ton anniversaire parce que tout le monde t'oublie. Ou te fait des cadeaux groupés. Le 27 décembre c'est ennuyeux. Parce qu'il n'y a plus rien à la télé.

Vous êtes à nouveau en ligne