On ne pouvait pas le rater. L'intronisation de l'empereur Naruhito pour les nuls

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'intronisation de l'empereur Naruhito s'est déroulée mardi d'une façon "somptueuse" à Tokyo au palais impérial. La France était représentée par l'ex-président Nicolas Sarkozy.

Le moins que l'on puisse dire c'est que la cérémonie d'intronisation de l'empereur du Japon, Naruhito, mardi 22 octobre était somptueuse. C'est le terme repris dans tous les médias. Sinon, on pouvait aussi dire "fastueuse", "majestueuse"... mais on va donc dire "somptueuse" cérémonie au palais impérial de Tokyo. Salle des Pins, précisément.

Le rituel était millimétré, rythmé par des brefs gongs et des roulements de tambour.
Et parce qu'on a le sens du suspense au Japon, Naruhito, 59 ans, 126e souverain, est d'abord caché. Caché sous le baldaquin violet de son somptueux trône en bois laqué. Deux personnes viennent tirer les rideaux pour qu'on puisse le voir quand même, mais après tout ça, débrouille-toi : Naruhito s'est intronisé tout seul, comme un grand. "Ayant hérité précédemment du trône en vertu de la constitution et de la loi sur la Maison impériale (...), à l'adresse du pays et du monde, je proclame mon intronisation" a-t-il déclaré.

"Banzai !"

Le seul qui est venu lui filer un coup de main, c'est le Premier ministre, Shinzo Abe, celui qu'on voit tout le temps à la télé, et alors quel coup de main ! Face au nouvel empereur, Shinzo a crié "Banzai !" trois fois, avec les mains au ciel. Débrouille-toi avec ça, et surtout bonne chance. Bon, c'est quand même sympa. Ça veut dire 10 000 ans, donc longue vie à l'empereur.

Parmi les invités, il y avait du beau monde, des têtes couronnées, des présidents etc. Mais quand même ce n'est pas non plus une soirée VIP, si on n'a pas le temps d'aller à l'intronisation de l'empereur, on peut envoyer quelqu'un d'autre à sa place. Donald Trump, par exemple. Qui a fait le voyage à sa place ? la secrétaire américaine aux Transports, Elaine Chao, c'est notre Jean-Baptiste Djebarri américaine. Mais non, ce n'était pas lui pour la France puisqu'il était occupé avec la SNCF. Même si il pleuvait à verse, ce n'était pas non plus François Hollande puisqu'il était l"invité de franceinfo, mercredi.

Emmanuel Macron a choisi d'envoyer Nicolas Sarkozy. L'ex-président Nicolas Sarkozy nous a donc représenté, je précise que ça ne valait pas non plus hyper le coup parce que pendant la cérémonie, tout ce beau monde était placé dans une autre salle. Ils ont admiré ça sur des écrans, comme nous, ou derriere des vitres. En un mot, 13 heures de vol pour ça... Banzai !

Vous êtes à nouveau en ligne