On ne pouvait pas le rater. L'Eglise 2.0... il y a encore du boulot !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un chapelet connecté, a peine lancé, a déjà été piraté. Le hacker a prévenu le Vatican qui a corrigé son erreur.

Vous n'avez peut être pas vu passer l'info mais il y a quelques jours le Vatican présentait en grande pompe son tout premier chapelet connecté. Et là on se dit, quelles que soient nos croyances, que l'Eglise se modernise, après la quête en paiement sans contact, mais aussi l'application "GoMesse" qui permet aux paroissiens de faire du covoiturage pour aller à la messe.

Le chapelet, si on parle de l'objet, c'est une cordelette sur laquelle sont enfilées des perles, l’ensemble est fermé par une croix. Et donc ce chapelet connecté, il est noir carbone, on le porte au poignet, on installe une application sur son téléphone, et on a accès à tout un tas de choses pour pratiquer sa religion. Pour activer son chapelet il faut faire le signe de croix qui lance automatiquement l'application sur le téléphone. L'objet vous rappelle par exemple de faire votre prière si vous n'y avez pas pensé. J'oubliais, le prix, acquérir un chapelet connecté vous coutera pas moins de 99 euros. On vous promet donc "le meilleur de la tradition de l'Eglise allié au meilleur de la technologie."

Une faille trouvée en 15 minutes

C'est un spécialiste français de la sécurité numérique qui n'était visiblement pas là pour enfiler des perles (vous l'avez ?) qui a donc réussi à hacker le chapelet. Et ça lui a pris 15 minutes seulement. Il a pu accéder aux données personnelles de certains utilisateurs. La faute à une faille au moment de l’identification sur l'application. Il suffisait de connaître l'adresse e-mail de la personne pour prendre le contrôle de son compte et donc de son chapelet, avec toutes ses informations.

Tout s'est bien fini puisque le spécialiste a alerté le Vatican qui a corrigé l'erreur. Mais comme quoi si les voies du seigneur sont impénétrables, son chapelet connecté, lui l'était un peu moins.

Vous êtes à nouveau en ligne