La vérité sort (définitivement) de la bouche des enfants

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le témoignage d'un élève du collège du Bois-d'Aulne à Conflans-Saint-Honorine où a été tué un professeur d'Histoire-Géographie a fait le tour des réseaux sociaux. Cela n'a pas échappé à Olivia Leray.

Un peu de douceur dans cette chronique. Pas qu'un peu, beaucoup de douceur, que de la douceur d'ailleurs, rien d'autre. Une douceur haute comme trois pommes et une clairvoyance qui bouleverse.

Il s'appelle Pape B. Il a 12 ans, il est élève dans le collège de Samuel Paty. Et la tout de suite, on se dit que la vérité sort définitivement de la bouche des enfants, on a envie qu'il nous parle pendant des heures parce que ça fait du bien, on a envie de lui filer les clés de la baraque et de se dire :  "Ça ira, ça ira, ça ne peut qu'aller, ça ne peut pas en être autrement". Et ça nous rappelle ce petit garçon, cinq ans en arrière après les attaques du 13 novembre.

Oui, il en faut de cette douceur, parce que je sais dans quel état tu es ce matin, tu es groggy, la tasse dans une main, le regard dans le vide. Tu es tout vide en fait parce que le monde lui, est rempli d'imbéciles. Et ça commence à bien faire, trop longtemps que ça commence à bien faire. Tu te dis  : comment c'est possible ? Tu n'y crois pas, tu ne réalises pas, tu ne sais pas si ton fils lui va comprendre. Tu voudrais qu'on se fiche la paix, tu voudrais qu'on se laisse tranquille, tu imagines un monde un peu moins con, tu voudrais leur dire à tous : Mon Dieu à moi, il est confiné, il reste à la maison. Tu voudrais leur dire : Moi, je crois en un tas de choses, au bonheur d'un petit déjeuner au lit, à l'excitation du premier jour des vacances, je crois en moi, en mes chances et c'est déjà beaucoup, je crois à l'humour subtile ou gros comme une maison, je crois à la finesse de l'esprit et à l'autodérision. Je crois qu'un jour on pourra retourner danser. Je crois même en la victoire d'un Français sur le Tour de France. J'ai le droit d'y croire et j'y crois très fort, mais je ne t'impose rien. Elle est comme ça ma religion, elle est ma liberté. J'y crois très fort vraiment, et je ne suis pas en colère si tu n'es pas d'accord, ou si ça n'arrive pas.
Oui, je sais dans quel état tu es ce matin dans ta voiture, dans le bus, ou à la campagne, je le distingue même derrière la buée de tes lunettes. Je sais dans quel état tu es ce matin. Je le sais parce que moi, c'est pareil.

Vous êtes à nouveau en ligne