Cris du cœur à travers le monde entier après la mort de George Floyd

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des réactions affluent après la mort de George Floyd à Minneapolis et un gospel devient viral sur les réseaux sociaux. Et ça n'a pas échappé à Olivia Leray.

Et d'abord, ce "Je veux vivre", ce cri du coeur qui bouleverse et qui ne va pas vous laisser indifférent. Il est chanté par un gamin noir américain de 12 ans. 

Il s'appelle Keedron Bryant il a 12 ans et son gospel est en train de devenir l'hymne des manifestations après la mort de George Floyd à Minneapolis. George Floyd dont on va encore beaucoup vous parler aujourd'hui, c'est cet homme, afro-américain, asphyxié lors d'une interpellation policière. Depuis il y a des manifestations un peu partout dans le pays et dans le monde entier, mais Keedron lui a décidé de chanter. 

Sa vidéo a été vue près de trois millions de fois sur le réseau social Instagram. Barack Obama, Lebron JAmes ou encore Janet Jackson l'ont repris sur leur profil. 
Pour la traduction des paroles ça donne ça : “Je suis un jeune Noir, qui fait tout ce qu’il peut pour rester debout. Je veux juste vivre.”

Il y a ce cri du cœur et puis il y en a d'autres exprimés d'une autre manière. Beyonce par exemple a posté cette vidéo sur son compte Instagram.

Voir cette publication sur Instagram

If you want to demand more charges brought on all those involved in the death of George Floyd, click the link in my bio to sign the petition.

Une publication partagée par Beyoncé (@beyonce) le

"Nous avons besoin que justice soit rendue pour George Floyd", c'est ce qu'elle dit à ses 147 millions d'abonnés.


En Europe aussi, des hommages appuyés


Notamment en Bundesliga, le championnat de foot, dimanche 31 mai, par exemple. Marcus Thuram, le fils du champion du monde Lilian Thuram, a mis le genou à terre en signe d'hommage et de protestation après un but. Soutien aussi de Jadon Sancho du Borussia Dortmund...

Et puis il y a également cette image forte, ce shérif du Michigan qui parle à la foule mobilisée contre les violences policières, puis il enlève son casque :


À la demande des manifestants, il va marcher avec eux. "La seule raison pour laquelle nous sommes ici est de nous assurer que vous avez une voix", c'est ce qu'il a déclaré. 

Vous êtes à nouveau en ligne