Windows 10 sera le dernier mais ce n'est pas la fin de Windows

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une page se tourne. Windows 10, la future version du système de Microsoft, qui sortira l’été prochain, sera la dernière du genre. Cependant, cela ne signifie pas, loin de là, la fin de Windows.

 "Windows 10 sera la dernière version de Windows" . Cette petite phrase, prononcée par un responsable de Microsoft, il y a quelques jours aux Etats-Unis, a fait l’effet d’une bombe. Le dernier Windows ?

Ce logiciel équipe la bagatelle d’un milliard de PC dans le monde environ et, depuis les années 1980, chaque nouvelle version était un événement. On se souvient de Windows 95, présenté en grandes pompes par Bill Gates, puis de Windows 98, avant que la firme n’abandonne les années pour de simples numéros à partir de Windows 7. La nouvelle version, qui sortira cet été, sera donc différente. Déjà, on a senti que quelque chose n’était pas comme d’habitude puisqu’on est passé directement de Windows 8 à Windows 10. Et donc, il n’y aura pas de Windows 11, 12 ou 13.

 

Est-ce que Microsoft a décidé de tuer la poule aux œufs d’or ?

 

Non, bien au contraire ! En réalité, cela signifie qu’il n’y aura plus de grosse mise à jour de Windows mais simplement des petites mises à jour au fil des mois et des années. Finies, les grands messes et les numéros. On va perdre en spectaculaire mais on devrait gagner en efficacité. Ce n’est pas la fin de Windows. Cela ressemble un peu à ce que fait Apple avec MacOS X dont le « noyau » est le même depuis des années et pour lequel des mises à jour successives apportent de nouvelles fonctions. Cela ne devrait donc pas changer grand-chose. Tout cela n’est que du marketing.

 

Quel est l’intérêt commercial ?

 

Il s’agit de faire passer l’idée que Windows n’est plus un logiciel que l’on achète une fois pour toute mais un service qui évolue au fil des années. Cela illustre un vrai tournant stratégique de la part de Microsoft, un tournant déjà entamé avec la suite bureautique Office. Face à la concurrence, de Mac et d’Android, c’est un moyen pour Microsoft de maintenir sa rente. Windows devrait coûter de moins en moins cher. Certaines mises à jours importantes seront sans doute gratuites et d’autres payantes, notamment pour les professionnels. C’est le moyen que Microsoft a choisi pour atteindre le but qu’il s’est fixé : équiper 1 milliard d’appareils avec Windows 10 d’ici à 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne