Préparez-vous à travailler avec des collègues robots

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des robots en guise de collègues de travail ? Pourquoi pas. Petit à petit, le travailleur virtuel fait son apparition.

Si vous pensez que vous ne pourrez jamais être remplacé au travail par un robot, détrompez-vous ! C’est désormais une certitude : les robots arrivent et ça va faire mal.

En fait, ils sont déjà là et ils commencent à s’inviter à divers échelons de l’entreprise. Témoin cette société de Hong Kong qui vient de nommer un robot à son conseil d’administration . Une première du genre. Il s’agit de la compagnie DKV (Deep knowledge Ventures), une société d’investissement dans les entreprises technologiques liées à la santé, qui a décidé de faire siéger à temps plein en temps qu’administrateur un logiciel qui analyse les projets d’investissement pour savoir si c’est prometteur ou si c’est risqué. Le programme sera consulté à chaque vote et il aura une voix en temps que sixième membre du conseil pour les décisions importantes.

Bientôt, le robot-journaliste

Si les robots ont déjà commencé à remplacer l’homme ou à compléter son travail dans les usines, on a tendance à croire qu’il n’est pas près de faire le travail d’un médecin, d’un avocat ou d’un journaliste. Erreur ! De nombreux logiciels étonnants sont en préparation. Par exemple, des robots-journalistes sont déjà opérationnels. Une société américaine, NarrativeScience, a mis au point un programme capable de rédiger des articles à partir de résultats sportifs (Stats Monkey). Narrative Science prévoit que des robots gagneront le prix Pulitzer dans cinq ans et qu'ils rédigeront 90% du contenu journalistique dans quinze ans .

Pour tout ce qui est analytique et répétitif, les robots sont des champions. En revanche, dès qu’il s’agit de prendre des décisions dans des situations complexes, l’homme reste pour l’instant le meilleur. Nous sommes déjà recrutés par des robots. Demain, votre collègue de bureau ou votre patron sera peut-être un robot. C’est ce que l’on appelle des « cobots », les collègues-robots. 

Plus ou moins de chomeurs ?

En attendant, pourquoi ne pas se faire représenter au travail par une doublure robot ? Ce sera bientôt possible grâce au drôle d’appareil mis au point par les sociétés iRobot et Cisco : un écran et une webcam au bout d’un long pied monté sur roulettes qui se déplace dans les bureaux en étant télécommandé à distance avec un iPad. Cela permet de participer à des réunions avec les collègues sans être physiquement présent. D’ailleurs, c’est déjà une réalité à Lyon pour les enfants malades qui ne peuvent pas se rendre au Lycée.

Reste la grande question : est-ce que plus de robots sera synonyme de plus de chômage ou le contraire ? Sur ce point, les experts étant partagés, les paris sont ouverts.

 

Vous êtes à nouveau en ligne