Nouveau monde. Une application pour retirer de l’argent liquide chez les commerçants

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Contre la disparition progressive des distributeurs de billets en zones rurales, une start-up suisse propose des "distributeurs virtuels", sous forme d’une application mobile pour smartphones.

Pas toujours facile de retirer de l’argent liquide en zone rurale. Le nombre de distributeurs de billets est en baisse et les habitants doivent parfois faire des dizaines de kilomètres pour trouver un distributeur. Contre cela, la société de transport de fonds Loomis s’est associée à la start-up suisse Sonect pour proposer une application qui permet de retirer de l’argent chez les commerçants volontaires.

franceinfo : Comment fonctionne l’application ?

Philippe Escot, directeur du développement de Loomis Sonect : Notre application s’installe gratuitement sur n’importe quel smartphone. Lorsque l’on clique sur le bouton "retrait", cela génère un code-barre valable 15 minutes, qui permet de retirer de l’argent chez les commerçants volontaires. Un système de géolocalisation indique aux clients où se trouvent les commerçants susceptibles de répondre à leur demande. À noter que le commerçant est rémunéré pour cette transaction qui, en outre, attire des clients potentiels dans son commerce.

Quelle différence avec le cash-back qui permet de retirer de l’argent dans les magasins avec une CB ?

Le cash-back, autorisé en France depuis 2018, est peu déployé pour plusieurs raisons. D’abord, les retraits sont plafonnés à 60 euros. Surtout, contrairement à Sonect, il faut effectuer un achat pour pouvoir retirer de l’argent.

Sonect est-il déjà utilisé ailleurs ?

Oui, Sonect est déployé très largement en Suisse. Nous sommes en train de le lancer sur le marché français. Nous prévoyons 15 000 à 20 000 points de retrait d’ici à un an, pour commencer.

La tendance n’est-elle pas plutôt à la dématérialisation des modes de paiement ?

Je ne crois pas du tout à une société totalement sans argent liquide. Les pays nordiques, comme la Suède, qui se sont fortement engagés dans la dématérialisation, sont finalement en train de faire marche arrière. En France, 68% des paiements dans les magasins sont faits en espèces. Les Français aiment le cash !

Vous êtes à nouveau en ligne