Nouveau monde. Palantir veut mettre le big data au service des entreprises françaises

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C’est une entreprise assez mystérieuse que l’on dit proche des services de renseignement américains. La société Palantir, spécialisée dans le big data et l’intelligence artificielle, veut accroître sa présence auprès des entreprises françaises.

La société Palantir, spécialisée dans le big data et l’intelligence artificielle, vient en aide aux services de police, de renseignements et même de l’armée. Ses logiciels auraient permis de retrouver Ben Laden (même si l’information n’a jamais été confirmée). Le métier de Palantir, c’est de faire parler les données en les croisant et en les analysant avec de l’intelligence artificielle.

franceinfo : Quelle est l’activité de Palantir ?

Fabrice Brégier, président de Palantir France : Palantir a été créé il y a 15 ans aux Etats-Unis et s’est d’abord développé sur des applications gouvernementales de protection des citoyens, notamment dans la lutte anti-terroriste. Depuis 4 ou 5 ans, nous avons développé un logiciel destiné aux entreprises qui permet d’intégrer les bases de données de grande taille afin de les aider dans leur transformation numérique. Il est très important aujourd’hui de pouvoir maîtriser sa donnée et lui donner du sens.

Accélérer la fabrication des Airbus A350

En Europe, Palantir a décroché quelques gros clients privés comme Sanofi ou Airbus (dont Fabrice Brégier est l’ancien directeur exécutif). Cela a permis d’unifier des centaines de systèmes d’informations et des centaines de milliers de bases de données au profit d’un data lake, un lac de données numériques sur lequel naviguent des programmes d’intelligence artificielle.

Quel bénéfice a apporté Palantir à Airbus ?

Marc Fontaine, responsable de la transformation digitale chez Airbus : Cela a permis d‘améliorer la performance qualité de 33% dans la fabrication des Airbus A350. Nous avons aussi constaté une amélioration à deux chiffres de la performance opérationnelle des cols bleus pour la production des avions. L’analyse de la donnée permet, par exemple, de résoudre des problèmes de qualité qui ont déjà été traités par le passé mais qui n’ont pas été référencés comme tels. Il devient possible de retrouver des historiques d’incidents dans les bases de données.

N’y-a-t-il pas un risque à confier ses données à une entreprise de big data américaine ?

Marc Fontaine : Nous ne confions pas nos données à Palantir. Celles-ci restent chez nous. Nous utilisons simplement leurs logiciels pour exploiter nos propres données. La question est légitime mais, à l’inverse, on pourrait demander à l’américain Boeing si cela ne les gêne pas d’utiliser une technologie européenne comme celle de Dassault Systèmes.

Palantir compte aujourd’hui 70 personnes en France et espère atteindre un effectif de 300 personnes d’ici à 2 ans, en recrutant principalement des ingénieurs spécialisés en big data.

Vous êtes à nouveau en ligne