Nouveau monde. Oubliez Windows 7, passez à Windows 10 et surtout mettez-le à jour !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que Microsoft met fin à la version 7 de son système d’exploitation, une faille de sécurité majeure vient d’être découverte dans la version 10.

Windows 7 a fait son temps. Cette version du célèbre système d'exploitation de Microsoft, sorti en 2009, est mise au rancart. Depuis mardi 14 janvier, le support technique de Windows 7 n'est plus assuré. Concrètement, cela signifie qu'il ne fera plus l’objet d’améliorations ni surtout de mise à jour de sécurité. Maintenir en vie des systèmes d’exploitation au-delà d’un certain délai reviendrait trop cher à l’éditeur pour un bénéfice limité. Les utilisateurs, particuliers et professionnels, sont donc invités à migrer au plus vite, si ce n'est pas déjà fait, vers la dernière version, Windows 10.

Faille majeure dans Windows 10 

Ironie… Au même moment, une faille de sécurité critique dans le fameux Windows 10 vient d’être mise au jour. Les failles informatiques ne sont jamais choses amusantes. Invisibles et inodores, elles peuvent se révéler extrêmement dangereuses si elles sont exploitées par des pirates. Cette nouvelle vulnérabilité permettrait de faire entrer du code informatique malveillant en le faisant passer pour du code validé et sûr. Microsoft a corrigé le problème immédiatement en diffusant une mise à jour. Il est donc impératif, pour tous les utilisateurs concernés, de mettre à jour au plus vite Windows 10 afin d’appliquer les correctifs de sécurité.

Quand la NSA lance l’alerte

Le plus étonnant est que cette faille de sécurité a été révélée par la NSA, l’agence américaine de renseignement. En général celle-ci préfère ne rien dire et même, éventuellement, exploiter elle-même ce genre de faille pour faire de l’espionnage. Cette fois, la faille a sans doute été jugée vraiment dangereuse pour les infrastructures américaines. Il s’agit aussi, sans doute, d’éviter que ne se reproduise l’épisode de 2017 où une faille de Windows découverte par la NSA, non révélée et exploitée par des hackers nord-coréens, avait permis au malware Wannacry de se propager. Bienvenue dans le monde magique de la cyber-sécurité !

Vous êtes à nouveau en ligne