Nouveau monde. "OK Google, je veux faire mes courses" : Carrefour passe un accord avec Google pour du e-commerce vocal

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Faire ses courses alimentaires avec son assistant vocal est désormais possible. Carrefour et Google ont annoncé un partenariat mardi 16 mars.

Selon le groupe français Carrefour, c’est la première fois au monde qu’un distributeur s’associe a un géant du numérique pour proposer un tel service. Développé conjointement par Carrefour et Google, il permet de faire ses courses alimentaires via l'assistant vocal Google Home ou l’application Google Home sur smartphone. Il existe déjà une fonction qui permet de remplir sa liste de course au fur et à mesure. Désormais, en plus, il sera possible de basculer automatiquement vers l’application Carrefour pour finaliser la transaction et se faire livrer ses courses ou aller les chercher sur place via le service Drive.

Suggestions d’achats

Selon Carrefour, c’est l’évolution des services actuels de e-commerce. Faire ses courses alimentaires en ligne est déjà possible mais c’est long et fastidieux car on achète de nombreux produits. Le vocal est censé simplifier les choses en permettant de noter au fur et à mesure ses besoins.

Le service propose aussi quelques raffinements technologiques tels que des suggestions basées sur l’historique d’achats. Par exemple, si l’on a l’habitude d’acheter des produits bio ou certaines marques en particulier, mais que l’on indique simplement "beurre" ou "yaourts" dans la liste, l’application proposera le beurre ou les yaourts que l’on a l’habitude d’acheter. A chaque fois, les produits aux meilleurs prix seront proposés, assure Carrefour.

Croisement de fichiers

Pour utiliser ce service, il faudra cependant accepter de partager ses historiques d’achat Carrefour avec Google. Interrogés sur les risques de profilage et d’exploitation de ces données par le géant américain, l'entreprise de la grande distribution assure que la protection de la vie privée a été soigneusement prise en compte. Ainsi, on pourra supprimer à tout instant ce partage d’historique d’achats. De son côté, Google assure qu’il n’a accès qu’à une partie des données seulement, ce qui ne permet pas de savoir tout ce que les Français consomment, ni tout ce que vend Carrefour. À noter que ce service ne sera pas disponible sur l’assistant Alexa car ce dernier appartient à Amazon, concurrent de Carrefour, mais aussi pour des raisons techniques

Vous êtes à nouveau en ligne