Nouveau monde. L’opérateur internet par satellite Starlink est disponible en France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le service du milliardaire Elon Musk permet un accès à très haut débit en zone blanche... au prix fort.

Une connexion internet à très haut débit sans fibre, ni ADSL ni 4G, grâce à un millier de satellites en orbite basse. C’est la promesse de Starlink, le service mondial de SpaceX, l’entreprise de fusées du fantasque Elon Musk, qui est commercialisée depuis peu dans l’hexagone. Un millier de satellites pour commencer. Des milliers à plus long terme (l’opérateur continue d’en lancer régulièrement). L’objectif de Starlink est de couvrir le monde entier en très haut débit. Les vitesses de connexion annoncées sont de l’ordre de 50 à 150 Mbits/s, avec surtout une faible latence (délai de réaction). L’expérience est à peu près comparable à la 4G. On attendait Starlink dans le courant de l’année en Europe. Le lancement intervient donc plus tôt que prévu. Starlink vise un million de clients en Europe, ce qui est assez peu. D’ailleurs, il n’y en aura pas pour tout le monde car, pour garantir la qualité de service, le nombre d’utilisateurs est pour l’instant limité et l’attribution se fait donc sur le principe "premier arrivé, premier servi."

L’internet par satellite existe depuis des années

En France, il y a, par exemple, l’offre Neosat, de l’opérateur Nordnet (Orange) depuis plusieurs années mais qui permet des débits moins élevés et plus de latence car les satellites sont situés beaucoup plus haut dans l’atmosphère. En face, les connexions Starlink pourraient être moins stables car ce ne sont pas des satellites géostationnaires. Starlink c’est aussi la promesse d’une installation mobile, par exemple en camping, et une couverture vraiment mondiale, y compris dans des zones inhabitées.

Reste la question du prix. Starlink est assez cher à environ 100 euros par mois plus 500 euros pour l’achat de l’équipement (parabole), contre 40 euros par mois plus 150 euros de kit, pour Neosat. Starlink a soulevé des inquiétudes parmi les astronomes et les météorologues, car les satellites perturberaient l’observation du ciel. SpaceX a en partie réglé le problème en peignant ses satellites en noir, pour qu’ils ne réfléchissent pas la lumière.

Vous êtes à nouveau en ligne