Nouveau monde. Les ordinateurs quantiques n’ont rien à voir avec les ordinateurs actuels

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des milliers de fois plus puissants, les ordinateurs quantiques seront également très différents dans leur conception et leur allure.

Emmanuel Macron a annoncé cette semaine un plan d' 1,8 milliard d’euros sur 5 ans pour le quantique en France. L’américain IBM possède déjà des embryons d’ordinateurs quantiques et il est sur les rangs pour participer à l’élaboration d’ordinateurs quantiques du futur en France.

franceinfo : Qu’est-ce qu’un ordinateur quantique ?

Olivier Hess, responsable du Quantum Hub d’IBM en France : L'idée est de concevoir de nouvelles générations d'ordinateurs qui vont s'appuyer sur la physique de l'infiniment petit que l'on appelle la mécanique quantique. Au lieu de bits classiques, cela utilise des qubits, c'est-à-dire des bits quantiques, qui ont la capacité d'adresser des problèmes que les ordinateurs classiques ne savent pas adresser.

À quoi cela pourrait-il servir très concrètement ?

Cela pourrait, à terme, régler des problèmes dans le domaine des sciences de la vie, de la conception de nouveaux médicaments ou encore dans le domaine de la logistique. Il y a aussi une grande dynamique autour de la finance avec des problèmes très compliqués pour des machines classiques, sans oublier la mise au point de nouveaux matériaux pour les batteries des véhicules électriques, par exemple. Bref, partout où il faudrait des dizaines ou des centaines d'heures de calcul, voire bien plus, avec des machines traditionnelles.

À quoi ça ressemble, un ordinateur quantique ?

Cela n'a rien à voir avec les machines que l'on connaît aujourd'hui. Ces fameux qubits doivent être isolés et refroidis à des températures proches du zéro absolu. Les machines IBM sont refroidies à -273 degrés. Vu de l’extérieur, cela ressemble à un gros ballon d’eau chaude, à l’intérieur duquel se trouve toute l’électronique quantique.

Où en est l’informatique quantique chez IBM ?

Nous avons annoncé en 2016 un plan de développement. Nous avons une vingtaine de systèmes disponibles dans le cloud, avec des systèmes à 65 qubits physiques. Et ce qui est intéressant, c'est qu'on a annoncé en septembre 2020, la possibilité d'étendre la taille de nos systèmes à 121, 433 et 1121 qubits à horizon 2023.

Vous êtes à nouveau en ligne