Nouveau monde. Le chien robot de Sony de retour l’année prochaine

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Sony commercialisera en janvier une nouvelle version de son chien robot Aïbo, dix ans après l’arrêt de la première version.   

Dix ans après l’arrêt de la première version, une nouvelle version du chien robot Aïbo de Sony revient sur le marché à partir de janvier 2018.  Aïbo junior n’a pas vraiment grandi. C’est toujours un petit chien d’une trentaine de centimètres de haut. Equipé de capteurs, de caméras et de micro, il sera commercialisé à partir de janvier prochain au Japon à un prix équivalent à 1 500 euros (pas sûr qu’il sorte ailleurs qu’au Japon). Le nouveau modèle, toujours en plastique lisse, arbore des formes plus douces. Il sera doté d’une intelligence artificielle plus évoluée qui peut s’enrichir de l’interaction avec son maître et même grâce à une forme d’intelligence collective via le cloud.  

Nouvelle version

C’est la nouvelle version d’un produit lancé par Sony en 1999 dont la fabrication avait été arrêté vers 2006-2007. Le Japonais avait vraiment été pionnier dans ce domaine mais parfois en technologie certaines innovations arrivent trop tôt et ne rencontrent pas le succès escompté. Il s’était vendu environ 160 000 exemplaires du premier Aïbo qui était déjà un produit très évolué pour l’époque. Ce retour après plus de 10 ans d’absence permet aussi à Sony de réactiver en interne ses équipes d’ingénieurs spécialisés dans la robotique.

Robot de compagnie

S’il peut servir accessoirement à surveiller votre maison en votre absence grâce à sa caméra vidéo intégrée dans la tête, Aïbo est avant tout un robot de compagnie. Il s’agit d’un  "animal" domestique qui court, qui joue à la balle et qui remue la queue quand il vous voit, sans qu’on n’ait besoin de le nourrir ni de le sortir. Ce concept de robot de compagnie, pas forcément facile à comprendre en Europe, avait séduit notamment beaucoup de personnes âgées au Japon. Il y avait même eu des funérailles pour les Aïbo cassés non réparables. Aïbo est la preuve que l’on peut s’attacher à un robot.        

Vous êtes à nouveau en ligne