Nouveau monde. Faire de l’électricité avec de la pluie sera peut-être possible dans quelques années

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les intempéries n’ont pas que des inconvénients. Des scientifiques auraient trouvé le moyen d’utiliser la pluie pour produire de l’énergie électrique.

Dans le futur, vous ne verrez peut-être plus le crachin matinal ou les tempêtes d’hiver avec le même œil qu’aujourd’hui, si cela permet d’allumer vos lumières où de recharger votre smartphone. Le soleil n’est pas le seul moyen de produire de l’électricité propre. La pluie aussi car c'est l’un des éléments les plus répandus dans la nature et surtout c’est un élément en mouvement, qui produit donc naturellement de l’énergie cinétique.

Depuis le 19ème siècle, des scientifiques tentent d’exploiter cette énergie à l’aide de turbines. C’est le principe connu de la centrale hydraulique. En 2018, une lycéenne azerbaïdjanaise avait mis au point un appareil, assez rudimentaire mais ingénieux, appelé "Rainergy", capable de transformer la pluie qui tombe en électricité, permettant d’allumer 22 ampoules LED pendant presque 1 min avec 7 litres d’eau de pluie.

100 LED allumées avec une goutte d'eau

Récemment, des Chinois de l’université de Hong Kong sont allés encore plus loin. Selon un article de la très respectable revue Nature, ils ont réussi à mettre au point un "nanogénérateur triboélectrique" qui utilise la force des gouttes pour transférer des charges électriques entre deux couches de matériau. Leurs travaux montrent que ce n’est pas au moment de l'impact de l’eau que l’on obtient un pic d'énergie, mais lorsque la goutte s'étend. Avec cela, ils ont réussi à générer suffisamment d'énergie pour allumer 100 petites ampoules Led à partir d'une seule gouttelette.

A plus grande échelle, ces nanogénérateurs pourraient permettre de générer de l'électricité en grande quantité, non seulement à partir de la pluie, mais aussi à partir des vagues ou même avec de l'eau à l'intérieur d'un tube. Il y a encore des problèmes, notamment de corrosion, à résoudre. Mais ces chercheurs espèrent arriver à mettre au point un prototype vraiment fonctionnel d'ici cinq ans.

Vous êtes à nouveau en ligne