Nouveau monde. Essence, électricité, hydrogène… À quoi fonctionnera la voiture du futur ?

Quelle énergie propre pour la voiture du futur ?

Dans la quête d’un monde moins polluant, les réflexions vont bon train sur ce à quoi pourrait fonctionner le moteur du futur.

Voiture électrique : réaliste mais polluante

Quand on parle de voiture propre, on pense bien sûr tout d’abord à la voiture électrique. Le problème, c’est que la voiture électrique n’est pas totalement non polluante. En effet, il faut produire l’électricité qui sert à la propulser et surtout il faut fabriquer les batteries, ce qui requiert beaucoup d’énergie et des matière polluantes difficilement recyclables. Si le bilan carbone de la voiture électrique n’est pas forcément aussi noir qu’on a pu le dire récemment, certes, il est loin d’être neutre.

Voiture à hydrogène : lointaine et imparfaite

La voiture à hydrogène est une voiture électrique mais l’électricité est produite dans le véhicule à partir d’hydrogène et d’oxygène grâce à une pile à combustible. Cette technologie, pourtant ancienne, continue de suscite beaucoup d’espoir. L’Agence internationale de l’énergie préconise de miser sur cette technologie. La Chine va y consacrer 10 milliards 700 millions d'euros. Il y a même des vélos électriques à hydrogène en préparation. Malheureusement, la pile à combustible n’est pas non plus la panacée. C’est une technologie qui nécessite en réalité beaucoup d’énergie (pour fabriquer la voiture, pour la propulser et pour produire l’hydrogène à partir de gaz naturel).

Voiture solaire : encore un rêve

L’idée d’une voiture à énergie solaire fait évidemment rêver. Malheureusement, pour l’instant, le rendement des panneaux photovoltaïque est encore assez faible. Cependant, cela deviendra peut-être réalité en 2021 puisqu’une entreprise néerlandaise, Lightyear, prépare une voiture solaire équipée de 5 mètres carrés de panneau solaire répartis sur la carrosserie. 

Le moteur à essence n’a pas dit son dernier mot

D’abord, le moteur à combustion peut fonctionner avec des combustibles non-polluants comme l’éthanol ou le gaz naturel. Ensuite, il peut encore s’améliorer. Des start-up tentent de le réinventer. Par exemple, une société allemande travaille sur un projet de moteur à explosion à micro-ondes (remplaçant l’allumage par bougies) qui permettrait de réduire la consommation de 30% et les émissions polluantes de 80%.

Vous êtes à nouveau en ligne