Nouveau monde. Dans les labos d’Orange, on prépare déjà la 6G

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Elle sera plus résiliente, omniprésente et respectueuse de l’environnement, selon l’opérateur.

Alors que le déploiement de la 5G commence à peine en France, le monde des télécoms planche déjà sur le futur. L'opérateur Orange organisait récemment sa Semaine de la recherche. L'occasion de découvrir plusieurs innovations en préparation. 

Franceinfo : à quoi ressemblera la 6G ?

Nicolas Demassieux, directeur de la recherche d'Orange : la 6G n’arrivera pas avant 2030. Nous réfléchissons à plusieurs choses. Quels seront nos besoins sociétaux en 2030 ? On n’aura peut-être pas besoin de plus de débit mais plutôt de réseau plus résiliant, plus capable de faire face à des circonstances climatiques différentes d’aujourd’hui et de réseaux qui s'adapteront en temps réel à nos besoins de connectivité ambiante. Juste ce dont on aura besoin quand on en aura besoin.

Qu'est-ce que la connectivité ambiante ?

Cela part d’un constat. Aujourd'hui, la connectivité nous est devenue très importante pour nos vies privées et professionnelles et nous avons besoin de connectivité pour communiquer, ce qui est le propre de l'homme. Du coup, cette connectivité doit être là tout le temps, au moment où on en a besoin, avec la qualité dont on a besoin. Cela concerne les humains mais aussi les objets, qui vont être de plus en plus communicants aussi. Par exemple, une température, une pression, un relevé de bruit, etc. Cette connectivité ambiante devra être juste, consommer peu d'énergie et être adaptée aux besoins des hommes et des machines.

En quoi consiste le « jumeau numérique » que vous avez mis au point ?

C’est un concept qui se développe dans l’industrie. Par exemple, dans une usine qui fabrique des pièces mécaniques ou dans une ville, les objets sont déplacés ou changent d’état, tombent en panne, etc. L'idée d'un jumeau numérique est d’avoir une plateforme numérique synchronisée, comme le jeu Sim City, qui représente en temps réel l'état du monde physique. Cela permet de retrouver très facilement des pièces dans un entrepôt ou une voiture sur un parking d’usine (il arrive que l’on perde pendant des semaines un véhicule mal garé). Et, si un lampadaire tombe en panne, par exemple, les techniciens peuvent être avertis immédiatement et localiser facilement l’équipement à réparer.

Vous êtes à nouveau en ligne