Nouveau monde. Comment exercer son droit à l’oubli sur Internet ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Aujourd'hui, franceinfo vous renseigne sur le droit à l'oubli, une possibilité de faire disparaître un contenu vous portant préjudice sur les moteurs de recherche. 

Un contenu insultant, des photos gênantes, de la diffamation… Il peut y avoir toutes sortes de contenus susceptibles de vous porter préjudice sur Internet. Sachez que des recours existent pour ne plus subir de préjudices liés à cette diffusion.

La première chose à faire est de s’adresser au site ou à la plateforme sur laquelle se trouve ce contenu pour essayer de le faire disparaître. 
Vous pouvez, sur Facebook, supprimer un contenu (ou tout votre historique) que vous avez posté vous-même ainsi qu'enlever votre nom des photos où vous apparaissez. S'il s'agit d'une tierce personne qui fait référence à vous sur un réseau social, un blog, un site d'information, il faut lui demander directement. Mais parfois, cela ne suffit pas à faire disparaître ce contenu. 

Exercer son droit à l'oubli

Existant en Europe depuis 2014, le droit à l'oubli permet de faire disparaître ce contenu des moteurs de recherche grâce à un déférencement : les pages où figurent ce contenu seront toujours en ligne mais n'apparaîtront plus dans les moteurs de recherche.

Pour cela, saisissez "Droit à l'oubli", accompagné du nom du moteur de recherche sur lequel vous apparaissez. Vous aurez alors à remplir un formulaire dans lequel vous renseignerez notamment l'adresse web où se trouve le contenu que vous estimez préjudiciable à votre encontre. Vous devez fournir une pièce d'identité et indiquer la raison de votre démarche. Notez aussi qu'un moteur de recherche n'est pas obligé d'accéder à votre demande et que Google ne déréférence le lien que si cette demande est réellement justifiée (vous ne pouvez pas exercer votre droit à l'oubli sous prétexte qu'un internaute critique votre restaurant par exemple). Il n'est pas possible de faire déréférencer un événement d'actualité ou d'histoire car cela reviendrait à réécrire le web au fur et à mesure. 

Plus de 2 millions 600 000 demandes traitées

Depuis 2014, Google a reçu 2 600 000 demandes provenant d'internautes européens et la France est le pays qui y a le plus recours. Google a déréférencé 700 000 liens, soit environ un tiers des demandes.
Il est toujours possible, si vous n'arrivez pas à faire effacer vous-même des contenus gênants, de vous tourner vers une association pour obtenir de l'aide ou une société spécialisée dans l'e-réputation qui va essayer de masquer ces contenus par d'autres, mais ce service est payant et surtout réservé aux entreprises.

Vous êtes à nouveau en ligne