Nos mobiles toujours plus indiscrets, selon la CNIL

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La Commission nationale de l'informatique et des libertés rend sa nouvelle étude sur les applications mobiles. Celles-ci sont toujours aussi curieuses.

L’endroit où vous êtes, les sites Web que vous visitez, les réseaux sociaux que vous fréquentez… Rien n’échappe à la curiosité de nos smartphones. Chaque année, depuis trois ans, la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) et l’INRIA (Institut national de la recherche en informatique et automatique) examinent l’écosystème des smartphones sous toutes les coutures. C’est l’étude « Mobilitics ». L’an dernier, elle portait sur le système iOS (iPhone et Pad), soit environ 20% du marché français. Cette année, c’est au tour d’Android d’être examiné à la loupe, soit près de 70% du marché. Sans surprise, les résultats sont dans la même veine : le portable est un gros curieux. D'après la CNIL, deux applications mobiles sur trois récupèrent des données personnelles à l'insu des utilisateurs.

Quelles sont les données collectées ?

En tête : la géolocalisation, via le GPS. C’est l’information la plus souvent collectée. Ce n’est pas scandaleux en soi et c’est même logique lorsqu’il s’agit d’une application de navigation routière, par exemple. En revanche, la CNIL a repéré des applications qui ne sont pas faites pour la navigation et qui collectent la position de l’utilisateur jusqu’à une fois par minute. Qu’en font-elles ? Parfois, rien. Ce qui peut laisser penser que c’est une erreur de programmation. Parfois, c’est dans un but bien précis, le plus souvent marketing afin d’en savoir plus sur nos modes de vies. De nombreuses applis accèdent également au calendrier, au carnet d’adresse ou même à vos identifiants, par exemple, de réseaux sociaux pour mieux vous pister même si vous changez de téléphone.

Que faire ?

La collecte de données personnelles par un appareil auquel on confie sa vie entière n’est pas une surprise. Ce n’est pas forcément dramatique tant que cela reste dans le cadre légal. Ce qui est important c’est de le savoir. La CNIL interpelle les responsables des plateformes logicielles – Apple, Google et Microsoft – pour qu’ils rendent leurs systèmes plus transparents. Elle donne aussi des conseils pratiques pour désactiver le suivi publicitaire sur iOS et Android, des conseils à retrouver ci-dessous : 

 

Vous êtes à nouveau en ligne