Les réseaux sociaux plus forts que le sexe

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Facebook et Twitter plus attirants que le sexe et la cigarette ? C'est la conclusion d'une étude de l'université de Chicago.

L'enquête a été menée en Allemagne auprès de personnes âgées de 15 à 85 ans. On leur a
demandé si elles préféraient aller sur Internet pour suivre l'actualité de
leurs amis, fumer une cigarette ou faire l'amour. Réponse : les réseaux sociaux arrivent en tête. Récemment, une autre étude révélait même que 3% des Australiens
consultaient Facebook pendant l'amour.

Voilà qui risque de faire encore de faire tourner la tête de
Mark Zuckerberg. Déjà que le créateur de Facebook n'en revient pas d'avoir
passé il y a quelques jours la barre du milliard d'inscrits à son réseau social...

On peut rapprocher ces chiffres d'une innovation insolite mise
au point par des étudiants du MIT : un gilet Facebook. Une sorte de
blouson connecté qui se gonfle chaque fois que quelqu'un clique sur le bouton
like (j'aime) de votre page. Cela s'appelle le Like-A-Hug, " comme un câlin ".
C'est même interactif car le porteur du gilet peut à son tour serrer les bras
pour envoyer un like en retour à ami. Une sorte de vêtement-tendresse qui
transforme en bons gros câlins la froideur du mur Facebook. Bon, ce gilet est un
prototype pas encore disponible à la vente.

Bref, les réseaux sociaux rendent fous. C'est un peu l'impression
que ça donne. Et pourtant on ne peut pas s'en passer.

Parler le "Twitter"

Au fait, savez-vous vraiment parler le langage des réseaux
sociaux ? Selon une analyse menée par la plateforme marketing Compendium,
pour avoir le meilleur impact en ligne il faut bien choisir ses mots. Par
exemple, la taille idéale d'un message sur Linkedin pour intéresser les autres serait
de 25 mots, sur Twitter 11 à 15. Sachez aussi utiliser la bonne ponctuation. Le
point d'interrogation sur Twitter génèrerait une baisse de clics tandis qu'un point
d'exclamation augmenterait, lui, le taux de clic. Quant au hashtag, ce mot-clé cliquable sur Twitter, s'il
passe bien auprès des professionnels en revanche il aurait peu d'impact auprès
du grand public.

Ces conseils s'adressent surtout aux entreprises qui
souhaitent tirer partie des réseaux sociaux mais doivent d'abord apprendre " à
parler " la langue de Facebook ou le Twitter.

Vous êtes à nouveau en ligne