Les progrès spectaculaires de la traduction simultanée

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les outils numériques de traduction simultanée se multiplient. Aurons-nous encore besoin d’apprendre des langues étrangères dans le futur ?

Traduire un texte en langue étrangère, juste en le prenant en photo : c’est possible !

 

Exemple avec l'application Word Lens. Prenez simplement en photo un panneau de signalisation routière ou une carte de restaurant et l’appli traduit automatiquement le texte dans votre langue habituel. C’est impressionnant ! Bien sûr, ce n’est pas parfait, c’est du mot à mot, mais cela permet de comprendre le sens d’une phrase.

Word Lens a été rachetée récemment par Google et cette fonction est en train d’être intégrée dans l’application "maison" Google Translate, disponible pour iOS et Android (malheureusement elle est plus limitée : notamment, pas de traduction en Français pour l’instant).

 

Et pour l’oral ?

 

Même à l’oral la technologie est en train de faire des progrès spectaculaires. Le même Google Translate propose un mode conversation qui permet d’enregistrer une phrase en Français et de la traduire instantanément dans une autre langue, ou vice-versa. Là encore : résultat assez spectaculaire pour des phrases simples dont on peut avoir besoin lors d’un voyage à l’étranger.

Mieux encore ! Microsoft, vient de lancer sur son logiciel de communication Skype, un traducteur vocal instantané. Vous dialoguez oralement avec un correspondant étranger à l’autre bout du monde et le programme traduit en temps réel la conversation moyennant un petit temps d’arrêt entre chaque phrase. Pour l’instant, cela marche seulement de l’anglais vers de l’espagnol et vice-versa mais d’autres langues sont évidemment en préparation.

 

Les traducteurs-interprètes au chômage ?

 

A court terme, les traducteurs et interprètes n’ont sans doute pas à s’inquiéter. Mais, à long terme, on peut se demander si cela vaudra encore le coup de passer de longues années à apprendre une langue étrangère. De même que nous déléguons de plus en plus notre mémoire à Internet, le futur on pourra sans doute déléguer une partie de la parole à des machines pour s’affranchir des barrières des langues

 

Vous êtes à nouveau en ligne