Les applications mobiles : espèce menacée en voie de disparition ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Apparues en 2008 avec l'iPhone, les applications mobiles auraient du plomb dans l'aile.

En perte de vitesse

Il y en a pour tous les goûts : des applis pour communiquer, pour trouver son chemin, pour s'informer, pour s'amuser…

Pourtant, les bonnes vieilles applications seraient sur le déclin. Seulement voilà, elle n'auraient pas autant de succès qu'on peut l'imaginer. 

65% des utilisateurs ne téléchargent pas d'applications et se contentent de celles déjà installées sur le smartphone (source : Comscore). 42% n'utilisent quasiment qu'une seule application.

Points faibles

Les applis sont fermées, elles ne permettent pas de passer d'un univers à l'autre d'un simple clic comme sur les sites Web.Côté éditeur, il est plus compliqué de modifier une application que de modifier un site Web.Il faut prévoir une appli différente pour chaque environnement (iPhone, Android, Windows Phone) ce qui coûte cher, à la fois en création et en maintenance.

Points forts

Elles offrent en principe une "expérience utilisateur" plutôt agréable (joli design, bonne fonctionnalités)Elles permettent de recevoir des notifications (par exemple : des informations urgentes)Elles peuvent fonctionner sans connexion Internet (par ex : en avion). Du moins, certaines applications mais pas toutes.Une application offre de la visibilité à une marque ou à un média. En termes de communication et d'image, c'est bon à prendre. 

Remplacées par quoi ?

Les applis sont de plus en plus concurrencées par les sites Web mobiles, c'est-à-dire des sites adaptés aux petits écrans de smartphones et tablettes (responsive design ).Google et Microsoft sont déjà en train de travailler sur des systèmes permettant de "streamer" (diffuser) sur un écran d'un portable le contenu d'une application sans qu'on ait  besoin de la téléchargerDans le futur, les applications pourraient être remplacées par des agents intelligents et des assistants personnels virtuels (APV), à base d'intelligence artificielle, qui iraient chercher tout seuls dans le nuage les informations dont on a besoin Mais pour l'instant... elles ont encore de beaux jours devant elles.

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne