Le gouvernement veut encourager la vente de produits numériques reconditionnés

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un smartphone sur dix vendu en France est reconditionné et revendu d’occasion. Une tendance encore timide mais en plein essor, qui va dans le sens de la protection de l’environnement.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et le secrétaire d’État en charge du Numérique Cédric O étaient, ce lundi 5 octobre, dans les locaux de l’entreprise BackMarket, spécialisée dans la revente de smartphones reconditionnés.

Des produits vraiment moins chers

Acheter un smartphone ou un ordinateur reconditionné (ne pas confondre avec un produit recyclé) est un bon plan pour l’environnement, car c’est un produit qui n’a pas nécessité de nouvelles extractions de matériaux rares ni de transport international. Des millions de smartphones produits chaque année ont ainsi une deuxième vie, c'est le cas d'environ un smartphone sur dix dans l’hexagone.

De plus, c’est forcément un bon plan pour le porte-monnaie du consommateur, puisqu’un smartphone ou un ordinateur reconditionné coûte 20 à 50% moins cher et même parfois jusqu'à - 70%. 

Enfin, d'un  point de vue technique la réponse est plus partagée : ça dépend. Le fait est que depuis quelques temps, l’innovation technologique marque le pas, il n’y pas eu de grosse rupture technologique, donc un produit high-tech âgé de quelques années reste tout à fait à la page et utilisable. Par exemple, on arrive même à installer la dernière version du logiciel iOS14, sur des iPhone de 2015.

il y a le meilleur comme le pire

Cependant, attention, là où le bât peut blesser, c’est sur l’usure des appareils. Certains sont en parfait état et d’autres, pas vraiment.

Outre l’aspect esthétique (coque, écran…), le point faible des smartphones et ordinateurs, c’est la batterie. Une batterie perd environ 10% d’autonomie par an. Or, c’est un élément pas toujours facile à vérifier.

Le marché s’est beaucoup structuré ces dernières années et les nombreux sites de revente (BackMarket, Certideal, Recommerce ou YesYes…) classent souvent les produits en différentes catégories, du moins bon au meilleur. Évidemment, les prix sont alors en conséquence.

Cependant, il reste des zones d’ombres sur ce marché. L’an dernier, une enquête de 60 millions de consommateurs montrait que beaucoup de clients étaient déçus, notamment pour des raisons liées à la qualité.
Enfin, certaines marques, comme Apple, ont leur propre circuit de revente de produits reconditionnés. Dans ce cas, la garantie de qualité est maximale mais le prix est évidemment moins intéressant.

Vous êtes à nouveau en ligne