Le cyber casse du siècle

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des pirates informatiques ont volé au moins 300 millions de dollars en piratant une centaine de banques.

Distributeurs piratés

Normalement, cela n’arrive que dans les rêves : vous passez devant un distributeur automatique de billets dans la rue et, soudain, celui-ci se met à  "cracher"  de l’argent. Vous n’avez plus qu’à le ramasser. Un rêve pour le passant malhonnête mais un cauchemar pour les banques. C’est ce qui s’est produit à plusieurs reprises dans plusieurs pays du monde ces derniers mois. Les banques ont cherché à savoir ce qui se passait. Elles ont chargé la société russe de sécurité Kaspersky d’enquêter. Celle-ci vient de rendre ses conclusions et elles sont effarantes : plus d’une centaine d’établissements, notamment aux États-Unis, en Russie, au Japon mais aussi en Suisse et au Pays-Bas, ont été victimes de véritables cyber braquages. Butin : 300 millions à un milliard de dollars. Bref, le casse du siècle, version numérique !

 

Que s’est-il passé exactement ?

 Comme toujours pour ce genre d’attaque, cela s’est déroulé en plusieurs temps. Premier étape : les pirates envoient aux employés des emails frauduleux contenant un malware (un genre de virus) baptisé Carbanak . Deuxième étape : grâce ce programme malicieux qui s’installe à leur insu sur leurs ordinateurs, les pirates surveillent à distance les activités des employés et collectent des codes secrets. Troisième étape : les pirates passent à l’attaque. Ils détraquent informatiquement les distributeurs qui se mettent à faire sortir des billets au moment précis où des complices passent devant pour les récupérer.

Ce n’est pas tout. Les cyber braqueurs ont également procédé à de nombreux virements vers d’autres banques non sans avoir pris soin de maquiller artificiellement les chiffres pour que cela passe inaperçu.

 

Un travail de pro

 C’est vraiment du travail de pros. Alors que des petits braqueurs en sont encore à attaquer les banques avec des armes à feu, on est ici en présence d’un véritable cyber casse du 21ème siècle. On savait que cela allait arriver mais les gangsters manquaient sans doute encore de compétences jusqu’à maintenant. Reste à savoir qui a fait le coup. Les banques vont devoir trouver le moyen de se protéger contre ce genre d’agissements.

 

Vous êtes à nouveau en ligne