Google France inauguré par Nicolas Sarkozy

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Google France déménage et s'installe au coeur du Paris numérique. Pour quoi faire ?

10 000
mètres carrés de bureaux flambants neufs (loin d’être
occupés à 100%), une décoration moins excentrique qu’au siège américain (hormis
une vieille 2CV plantée sans raison particulière au milieu des bureaux) : le nouveau
siège parisien de Google France, le « GooglePlex », inauguré hier par
Nicolas Sarkozy, sera-t-il à la hauteur ?

Jouissant désormais de l’investiture présidentielle, la
filiale française de la marque la plus puissante du Web – et parmi les plus
appréciées des Français, dit-on - va devoir montrer qu’elle peut réellement dynamiser
l’économie numérique au-delà de ses 240 salariés parisiens.

Une équipe de recherche et développement

Parmi ces salariés, 70 chercheurs et ingénieurs. Une force
vive dédiée à la recherche et au développement. Ils vont travailler sur des
produits futurs de Google comme par exemple tout ce qui a trait à la recherche
de vidéos sur Internet. Youtube recèle l’équivalent d’un siècle de vidéo,
explique le Directeur Général de Google France, Jean-Marc Tasseto, et il existe
encore très peu d’outils pour indexer et organiser les recherches à travers ces
vidéos comme c’est le cas pour les pages Web écrites.

A noter que, comme pour Microsoft ou Apple, les ingénieurs de
Google France vont travailler sur des projets « globaux » c'est-à-dire
voués à être déployés à l’échelle planétaire et pas seulement dans l’hexagone.

Oubliée, donc, la polémique sur les revenus publicitaires de
Google qui partent directement en Irlande et sur le projet de « taxe
Google » émise l’an dernier par Nicolas Sarkozy.

Passons également sur les clivages politiques de plus en
plus politiques autour du numérique : qu’il s’agisse de la régulation ou
du soutien à l’initiative économique.

L’entreprise Google – qui est déjà présente en France depuis
quelques années, rappelons-le, mais qui vient seulement de déménager – passe
désormais la vitesse supérieure.

Dynamiser le secteur ?

Hormis la promesse de créer quelques dizaines d’emplois
supplémentaires l’an prochain, on attend surtout de Google France, désormais
installée tout près de pôles parisiens comme les associations Silicon Sentier
ou Le Camping, qu’il dynamise le numérique français dans le cadre de sa fameuse
stratégie « Win-win », gagnant-gagnant, dont il a fait son leit-motiv
depuis des années.

Vous êtes à nouveau en ligne