Facebook délocalise en France sa recherche sur l'intelligence artificielle

Facebook va ouvrir à Paris un centre de recherche consacré à l’intelligence artificielle. Une première pour Facebook en dehors des Etats-Unis.

L’intelligence artificielle qu’est-ce que c’est ?

 

L’intelligence artificielle, c’est tout ce qui donne l’impression que l’ordinateur se comporte comme un cerveau humain. Evidemment, ce n’est qu’une impression. Il s’agit surtout d’un traitement approfondi des données, avec des algorithmes évolués, pour analyser notamment la voix ou les images. Exemple : les systèmes de traduction automatique ou les assistants vocaux comme Siri ou Google Now sur nos smartphones.

Facebook a déjà mis au point un système capable d’identifier un type de sport dans une vidéo. Le réseau social a également besoin d’intelligence artificielle pour analyser et exploiter les milliards d’informations qui y circulent.

 

A quoi ressemblera ce centre de recherche de Facebook ?

 

Il devrait compter à terme 25 à 30 personnes. Facebook a déjà deux pôles consacrés à l’intelligence artificielle, en Californie et à New York. Ce centre parisien sera donc le troisième. C’est la première fois que la firme américaine délocalise une équipe de recherche. Facebook investit environ un tiers de son chiffre d’affaires en Recherche et Développement. Il faut dire que la concurrence est rude : Google, Microsoft ou Amazon font la même chose. Par exemple, Google est en train de mettre au point un programme capable de connaître la valeur calorique d’un plat à partir d’une simple photo.

Le programme d’intelligence artificielle chez Facebook s’appelle FAIR – c’est un acronyme – et, du coup, les chercheurs qui y travaillent sont surnommés "fairies" (en français : les "fées").

 

Pourquoi ces fées ont-elle choisi Paris ?

 

Officiellement, on évoque la qualité des chercheurs français formés dans des universités et des grandes écoles reconnues. Il faut préciser que le big boss de l’intelligence artificielle chez Facebook, Yann Le Cun , est français. Et puis, il est de bon ton aujourd’hui, chez les géants du Web et de la high-tech, de montrer que l’on s’implique dans les économies des pays autres que les Etats-Unis où se réalise une bonne partie de l’activité commerciale.

En tout cas, c’est plutôt une bonne nouvelle pour la France qui est en retard en matière de recherche sur la intelligence artificielle par rapport à l’Allemagne ou au Royaume Uni.

 

Pourquoi Facebook a-t-il choisi la France pour implanter son 3e centre de recherche sur l'intelligence artificielle ?
--'--
--'--
 

Vous êtes à nouveau en ligne