Un magasin de jouets vient d'ouvrir à Châteauroux, malgré les galères dues au confinement

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chaque jour, depuis le déconfinement, la France redémarre la machine, et tente de reprendre le cours d’une vie qui ne sera pas tout à fait comme avant. Tour d’horizon d’un pays qui repart, avec France Bleu.

Depuis le 11 mai, reprise rime avec crise. Crise économique, plans sociaux, licenciements. Voilà de quoi donner un peu de baume au cœur. À Chateauroux, dans l'Indre, une toute nouvelle boutique a ouvert en plein centre ville quelques jours seulement après le déconfinement. Un magasin de jouets pour enfants, celui d’Amélie qui a voulu aller au bout de son idée, même si tous les éléments étaient contre elle, comme elle le raconte à France Bleu Berry : "Quand on a un projet, qu'on y a pensé, que l'on sait à quoi il va ressembler, qu'on y travaille très durement. On ne se dit pas qu'il va fermer. Coûte que coûte, il fallait l'ouvrir et il fallait voir comment cela allait se passer derrière. C'était sauve qui peut. Pendant deux mois, je me suis bagarré. La situation est particulière mais je crois en l'avenir. Je crois que les gens seront là si on a la qualité des produits et la diversité". 

L’heure de la reprise a donc sonné pour les entreprises et l’une de celles qui recrutent le plus en France, c’est l’armée. Après deux mois de fermeture, les Cirfa, les centres de recrutement de l’Armée ont rouvert leurs portes et peuvent à nouveau accueillir les candidats notamment en Île-de-France même si le travail de fond s’est poursuivi en mode sous-marin pendant le confinement. Les explications du colonel Cyril Lepretre, au micro de France Bleu Paris : "Grâce à notre site sengager.fr, nos conseillers en recrutement ont continué le travail et nous avons ainsi entre mars et mai accumulés un stock de candidats potentiels d'environ 1 500 jeunes."

Les bords de la Loire à Tours surveillés

Voilà un lieu de promenade qui a beaucoup de succès : les bords de Loire. Ils sont à nouveau accessibles au public en journée. Une concession faite par la préfecture à la mairie de Tours, qui a obtenu gain de cause. Maintenant, il faut se tenir à carreau, nous dit Olivier Lebreton, l’adjoint au maire en charge de la sécurité, au micro de France Bleu Touraine : "C'est autorisé de 8 heures à 19 heures avec toujours des rassemblements qui sont interdits de plus de 10 personnes. Ce que l'on demande aux Tourangeaux c'est d'être intelligents et responsables. On compte sur la vigilance de chacun et la responsabilité de chacun." Si la mairie de Tours demande de la discipline, c’est que les bords de Loire avaient du être fermés jeudi dernier par la préfecture. la veille, des centaines de personnes s’étaient réunies sur les berges sans respecter les gestes barrières ni les mesures de distanciation sociale.

Vous êtes à nouveau en ligne