Mômes trotteurs. En randonnée dans les Alpilles

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Et si on allait marcher en pleine nature dans les Alpilles et visiter le village de Saint-Rémy-de-Provence ? C’est le beau programme qu’ont concocté les "Mômes trotteurs". 

"Là, nous voici devant la fontaine de Nostradamus." Un peu plus tard, nos mômes trotteurs interrogent Victor qui fait tourner le manège de Saint-Rémy. "Quel est ton lieu préféré à Saint-Rémy ?", lui demandent-ils ? "Le lac de Barreau à trois km environ du centre en bordure du canal du Vigueirat. Je le trouve magnifique !"

"Il y a 10 000 habitants, c'est bien Saint-Rémy, c'est à la fois une petite ville et un grand village. C'est à taille humaine."

Et on chemine en suivant les petits cours d'eau au milieu des rues. "L'église ressemble un peu à un temple. Elle s'est effondrée en 1918 et du coup, on a repris les plans de la basilique Saint-Pierre de Rome pour la reconstruire."

Dans le village pavé de Saint-Rémy de Provence.
Dans le village pavé de Saint-Rémy de Provence. (INGRID POHU / RADIO FRANCE)

Et nos deux guides interviewent Elisa Farran, "la patronne" du musée Estrine. "C'est un musée de France dédié à la peinture et aux arts graphiques du XXe et XXIe siècles, dans la filiation de Vincent van Gogh qui a vécu à Saint-Rémy pendant une année et dont nous abritons un centre d'art d'interprétation."

Et Arthur et Ava de rappeler "qu"aucun de ses tableaux ne s'est vendu de son vivant. Alors que maintenant ils coûtent une fortune !"

"Le musée Estrine est un beau bâtiment du XVIIIe siècle qui a été construit pour rendre la justice de la famille de Monaco, à l'époque où ses membres étaient seigneurs de Saint-Rémy de Provence. Donc c'est un bâtiment assez rare", ajoute la directrice du lieu.

Musée Estrine à Saint-Rémy de Provence.
Musée Estrine à Saint-Rémy de Provence. (INGRID POHU / RADIO FRANCE)

Place Joseph Hilaire, on découvre les devantures de boutiques qui vendent des tableaux. "Il y a aussi un pâtissier très, très bon. On peut aller interviewer l'un des responsables ?"

"J'adore me balader dans les Alpilles, explique Céline, l'épouse du patron de la pâtisserie Michel Marshall. Finalement, c'est quand on prend un peu de recul et qu'on est dans les Alpilles qu'on peut admirer l'ensemble de notre village, au loin, et qu'on mesure son côté spectaculaire."

"Et quand on y va à pied, on a l'impression que c'est vachement loin de la ville, sauf que c'est à seulement 15 minutes", souligne Ava. "Et maintenant, on prend le chemin vers le mont Gaussier !" Le décor en arrivant ? Un camaïeu de vert. "Et des pins d'Alep." Sans oublier des arbustes qui sentent le miel.

Au coeur des Alpilles.
Au coeur des Alpilles. (INGRID POHU / RADIO FRANCE)

Et après le confinement, Ava et Arthur ont constaté "qu'il y avait davantage de marcheurs, de randonneurs et de cyclistes. Les arbres ont aussi fleuri beaucoup plus vite, ça fait vachement de bien à la nature."

Le monde d'après ? "Il faudra qu'il soit bien évidemment plus écologique. Il faut qu'on tire quelque chose de positif de cette période de confinement. Du coup, ce serait sympa d'avoir une piste cyclable en plus, à Saint-Rémy. Il faut aussi plus de petits commerçants, de producteurs pour faire marcher les circuits courts."

OFFICE DU TOURISME DE SAINT-REMY DE PROVENCE

Vous êtes à nouveau en ligne