Un job compatible avec les études

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Vente, cours particuliers, télémarketing, baby-sitting... Les étudiants seraient de plus en plus nombreux à occuper un petit boulot pour financer leurs études, leurs loisirs, leur logement. Mais les petits boulots sont-ils vraiment compatibles avec les études ?

L’activité salariée concerne 8 étudiants sur 10, d’après les chiffres de l’Observatoire de la vie étudiante, explique Sandrine Chesnel, du magazine L’Etudiant . Ce chiffre implique aussi bien les jobs d’été que les emplois réguliers ou les petits boulots qui ne sont pas déclarés.

Pendant l’année c’est plus de 40 % des étudiants qui exercent une activité rémunéré en plus de leurs études. Un chiffre en constante augmentation ces dernières années.

Au-delà de 15 heures de travail par semaine, il y a un risque de forts dommages collatéraux : moins d’heures de sommeil, moins d'exercice physique et augmentation de la consommation de tabac et d'alcool, d’après les différentes études sur le sujet.

Pour les étudiants de 1ère ou 2e année après le bac, le fait de travailler 2 à 3 heures par semaine peut être particulièrement épanouissant, ça fait partie de l’apprentissage de l’autonomie. Les recruteurs sont toujours intéressés par des profils de jeunes diplômés qui ont des expériences professionnelles variées.

Depuis quelques années, les étudiants se retrouvent en concurrence avec les "non-étudiants" sur beaucoup de job qui leur étaient jusqu’à présent un peu "réservés" : c’est le cas des jobs de baby-sitter, d’animateur dans les centres aérés ou d’équipier dans la restauration rapide, par exemple.

Depuis janvier 2008, les établissements universitaires et les grandes écoles peuvent proposer des contrats, réservés en priorité aux étudiants les moins favorisés, pour occuper des fonctions très diverses : accueil des nouveaux élèves, assistance et accompagnement des handicapés, missions de tutorat, soutien informatique, travail en bibliothèque, animations culturelles, scientifiques, sportives et sociales, aide à l'insertion professionnelle... Les contrats doivent être conclus pour une période maximale de douze mois sans excéder un mi-temps pendant la période de cours, et un temps plein seulement l’été.

C’est ce que propose l’université de Franche Comté, par exemple, avec jobs étudiants variés, depuis l’accueil des nouveaux étudiants en passant par le tutorat, le rangement des livres en bibliothèque, etc.

Pour trouver un job étudiant :
Le site de letudiant.fr, propose des jobs très variés.
Les CIDJ, les agences d’intérim, et les CROUS peuvent aussi être de bons lieux ressources pour trouver un emploi.

Le Crous de Paris organise avec le Pôle emploi un Baby-sitting dating, des rencontres express de 10 minutes entre étudiants et parents. C’est sans inscription, mais pensez quand même à apporter un CV, c’est toujours plus rassurant pour les parents.
_ Rendez-vous dans le 5e, aujourd’hui jusqu’à 17h et les 6 et 7 octobre de 9h30 à 17h.

Vous êtes à nouveau en ligne