SEXE 2.0 : la libération virtuelle

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Web a-t-il fait naître de nouvelles pratiques sexuelles ? Les jeunes sont de grands consommateurs de porno, auxquels ils ont désormais accès dès l'âge de 12,13 ans. Mais ils ne sont pas les seuls. La démocratisation du porno, principal bouleversement induit par internet, touche toutes les catégories de la population. Le point avec Ingrid Seyman du magazine Marie-Claire.

Le web procure un anonymat libérateur. Aujourd'hui, les
femmes sont de vraies consommatrices de porno, alors qu'elles étaient
minoritaires à avoir vu ce genre de film il y a peine 30 ans. De façon plus
générale, le web a permis une libération de la parole des femmes sur le sexe
(via les sites d'info ou de conseil, les forums), de l'accès à des communautés
sexuelles jadis clandestines (comme les SM, les échangistes) et même du passage
à l'acte (il est facile de se trouver un plan d'un soir).

La libération virtuelle synonyme de libération sexuelle ? 

La sexualité virtuelle est en grande partie "masturbatoire" : on regarde du porno, on chate avec un gigolo
et cela s'arrête là). Mais elle a aussi des conséquences sur notre vie sexuelle
quotidienne : les pratiques SM se développent chez les français et le
porno influencent de plus en plus les jeunes dans leurs pratiques sexuelles. Du côté
des femmes, on constate qu'elles ont souvent la conviction que leur plaisir ne
dépend pas que de leur partenaire et qu'elles peuvent voir une vie sexuelle
autonome, ce qui explique en partie l'explosion des ventes de sex toys.