Prêt étudiant : on peut négocier !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Nous sommes fin septembre, et il faut déjà faire les premiers chèques pour payer ses études. Même lorsque les parents mettent la main à la poche, cela ne suffit pas toujours. Vous avez besoin de prendre un crédit ?

Le coût des études

A cette question, les Américains aiment répondre par cette citation d’Abraham Lincoln : si vous trouvez l’éducation trop chère, essayez l’ignorance ! En fait, les familles n’ont pas forcément le choix. Si une année à l’université ne coûte pas grand-chose, environ 300 € par an, si vous optez pour une école privée, la facture peut vite grimper. Ainsi, une année en école de commerce coûte en moyenne 8.000 € par an sur cinq ans. Mais même pour s’inscrire en BTS on doit parfois s’endetter. Ainsi Alice, 18 ans a souscrit un prêt afin de financer sa première année de BTS d’audiovisuel, qui coute 5.200 € par an. Car Alice a été recalée à l’entrée des BTS publics et même des licences d’audiovisuel. Heureusement que la jeune fille habite encore chez sa mère et n’a pas de loyer à payer !

Particularité d’un prêt étudiant ?

Il s'agit d'un prêt réservé aux étudiants entre 18 et 28 ans (parfois 27 ans). Le montant varie entre 20.000 euros et 40.000 euros. Mais il est aussi possible d'emprunter de petits montants (1 000 euros au minimum). Le prêt étudiant doit être remboursé sur neuf ans au maximum. Mais plus vous rembourserez rapidement, moins il vous coutera cher. L'étudiant peut généralement opter pour une franchise: il ne rembourse ainsi que les intérêts et l'assurance facultative pendant ses études. Et il ne remboursera le capital que lorsqu’il recevra son premier salaire. A noter, les banques proposent souvent d'étaler le déblocage des fonds.

L’avantage d’un prêt étudiant par rapport à un prêt à la consommation ?

Les taux d’intérêt sont plus bas qu’un simple prêt à la consommation. Selon Fanny Dufrénoy, journaliste à Votreargent.fr, le taux annuel effectif global (TAEG) est en moyenne entre 2,9 et 3,9 %. Certaines banques proposent les mêmes taux, à tous les étudiants, d’autres proposent des taux plus intéressants selon le cursus. Selon l’adage, on ne prêt qu’aux riches, un étudiant de grande école, a en général droit à un taux plus intéressant qu’un étudiant de BTS. Et beaucoup de grandes écoles ont des accords privilégiés avec les banques. Mais si vous arrivez à bien négocier, vous pouvez aussi obtenir un prêt avantageux. Ainsi, Pascale, la maman d’Alice a décroché auprès de sa banque, le Crédit mutuel de Bretagne, un crédit à 2 %. Elle rembourse 100 € par an durant deux ans, puis 180 € durant quatre ans. Selon elle : « Il est très important d’avoir la possibilité d’ajuster son crédit en cours de route en fonction de ses besoins ». Elle a aussi négocié de pouvoir rembourser par anticipation, au cas où elle aurait une rentrée d’argent exceptionnelle. Et elle n’a pas payé de frais de dossiers.

Ce n’est pas un peu stressant pour un jeune de prendre un crédit ? Ils n’ont pas encore travaillé qu’ils ont déjà des dettes !

Attention, un étudiant aura moins de mal à rembourser son prêt en sortant d’une grande école de commerce comme HEC, qu’en sortant d’une école d’art. Ainsi Maxime, qui a étudié cinq ans dans une école de graphisme, cherche encore du travail trois mois après sa sortie, alors que son école lui a couté 30 000 €. Le seul avantage, est que cela va responsabiliser le jeune, qui sera probablement plus motivé pour trouver illico du travail, mais aussi pour réussir ses études au plus vite. Ainsi la maman d’Alice explique que le fait d’avoir souscrit un prêt a mis la pression à sa fille, car elle n’a pas envie de redoubler et de payer… 5000 € de plus !

Pour obtenir un crédit bancaire, il faut la caution d’un tiers, comment faire si les parents rechignent à être garant ?

Vous avez droit au prêt étudiant garanti par l’Etat. C’est un dispositif de prêt sans condition de ressources et sans caution parentale ou d’un tiers. Il est accessible à tous les étudiants de moins de 28 ans, français ou ressortissants de l’Union européenne. Vous pouvez emprunter jusqu’à 15.000 euros sur dix ans. Pour souscrire ce prêt, vous devez vous adresser directement à l’un des cinq banques : les Banques populaires, le Crédit Mutuel CIC, la BRED, les Caisses d’Epargne et la Société Générale. Le taux de l’emprunt est d’environ 4 %. L’avantage est que vous pourrez différer le remboursement jusqu’à dix ans après le premier versement. Et en cas de difficulté, c’est l’état qui prendra en charge une partie de la dette.

Tous les étudiants peuvent-ils y avoir droit ?

Non, ce serait trop beau. Car si ce prêt est accessible à tous les étudiants quels que soient leurs revenus ou leurs cursus, les banques se gardent le droit de sélectionner les dossiers et restent réticents à financer des dossiers trop risqués.

Quels conseils avant d’aller voir son banquier ?

Voici quelques astuces à connaître.

  • D’abord, demandez si des accords particuliers ont été conclus entre votre école et une banque.
  • Ensuite, comparez ce qui est comparable. Depuis la loi Scrivener les banques doivent indiquer le TEG à leurs clients, afin de les protéger de tout frais caché. C’est un indice exprimé en pourcentage qui vous permet d’avoir une vision claire du coût global de votre emprunt : remboursement du capital + intérêts + assurance + frais de dossier.

    Il faut aussi comparer les modalités de remboursement ?

    Le TEG ne prend pas en compte les aspects qualitatifs de votre prêt : durée du remboursement, possibilités de modifications avec ou sans frais… A quelle condition par exemple pourrez-vous rembourser votre prêt par anticipation ? Quel sera le montant des pénalités ? Enfin, négociez les petits à côté : carte bancaire gratuite, frais de dossier, tarifs privilégiés dans un réseau de boutiques, cinémas ou agences de voyage. Autant de petits avantages non négligeables.

Vous êtes à nouveau en ligne